betoolot, false flag, shkufim, sirens, the jews are coming, the principal

Séries Mania 6 : False Flag, The Principal…

ReplayFalseFlag

Même si le festival a fermé ses portes hier après les reprises de son palmarès, je n’ai pas terminé d’écrire des articles à son sujet. Cette fois-ci, je vous présente toute une fournée de séries israéliennes : une comédie satirique, The Jews Are Coming, un thriller, False Flag, qui a remporté le prix du public de la meilleure série (ex-aequo avec Olive Kitteridge) et un polar, Sirens. Enfin, je termine par The Principal, série australienne qui explore les problèmes communautaires au travers d’un lycée pour garçons.

 

The Jews Are Coming (Channel 1)

Épisodes vus : 2.

L’histoire. Suite de sketches sur le judaïsme. Traditions culturelles, religion, tout devient prétexte à un bon gros foutage de tronche.

Le titre de la série, qui revête un double-sens évocateur (Les Juifs arrivent… les juifs jouissent) donne son ton. Pour l’apprécier, il faut probablement aimer son auto-dérision absolue qui pousse encore un peu plus loin le sens du terme « stupide ». Il est aussi nécessaire de maîtriser un minimum la culture juive pour saisir une bonne partie de son humour. Pour ma part, j’ai trouvé ces deux épisodes assez inégaux et je suis passé complètement à côté de plusieurs sketches mais certains coup de génie sont formidables. L’un d’eux se permet même de redéfinir complètement l’idée qu’on pouvait se faire jusqu’ici du comique de répétition. Mais l’humour corrosif audacieux et idiot de la série ne l’empêche pas de proposer également des sketches un peu moins violents et un peu plus sensibles. Celui ci-dessous termine en beauté et en musique la fin de l’épisode 2.

Créée par Natalie Marcus et Assaf Beiser. Diffusion des 12 épisodes entre le 7 novembre 2014 et le 23 janvier 2015.

 

Sirens (HOT 3)

Épisode vu : 1.

L’histoire. Le corps inerte d’une femme est retrouvé sur un terrain vague à la frontière de l’Égypte. Shelly, policière enquêtant sur les migrants en situation irrégulière, est directement concernée : cette femme n’est autre que sa sœur jumelle, qu’elle croyait pourtant morte noyée 17 ans plus tôt.

Intrigante par son synopsis, Sirens ne se différencie pas pour autant dans son traitement des polars qui décident d’explorer la cellule familiale au travers d’un fait divers. Dans son épisode pilote, le choc de cette découverte qui n’étais jamais censée se produire est particulièrement développé chez le père de Shelly, lequel n’a jamais accepté la mort de son autre fille. Même si c’est difficile en un épisode de développer en profondeur ces notions, la série semble faire une belle promesse : travailler la question de l’identité d’une personne, d’une communauté et d’un pays.

Créée par Shahar Magen et Adam Sanderson. 10 épisodes diffusés entre le 27 novembre 2014 et le 29 janvier 2015.

 

False Flag (Channel 2)

Épisode vu : 1.

L’histoire. Cinq israéliens se trouvent tout à coup mêlés à l’enlèvement d’un homme politique iranien à Moscou. Leurs visages se retrouvent propulsés dans tous les médias. Et la question finit par se poser pour leurs proches : qui sont-ils ?

False Flag propose peut-être le concept le plus efficace présenté à Séries Mania cette année. Seul le premier épisode était disponible et il semble donc difficile de se prononcer sur la suite de la série qui ne sera pas diffusée avant la fin de l’année en Israël. La principale qualité de la série est d’exercer l’œil et l’intelligence scénaristique du téléspectateur. Car il s’agit bien là d’une série d’action qui porte en elle l’ADN de 24 Heures Chrono et d’Hatufim, la série qui avait inspiré Homeland. L’idée est simple : si les cinq citoyens israéliens présentent chacun au départ une vie bien rangée, cet épisode pilote dissémine petit à petit le doute de leur innocence et leur éventuelle implication au sein du Mossad, les services secrets israéliens. On est complètement immergé dans cette recherche de la vérité d’autant que cet épisode était extrêmement rythmé, y compris dans ses moments de souffle qui se transforment en scène à suspense insoutenable. Même si False Flag est une claque très stylée, elle va devoir affronter l’une des dures lois des séries : celle de tenir sur la longueur. Hatufim, qui explorait déjà cette question du double-jeu, avait su le faire brillamment. Et pourquoi pas False Flag ? A noter qu’elle fait l’objet d’un projet d’adaptation aux États-Unis par Fox International Channels.

FalseFlag

Créée par Amit Cohen et Maria Feldman. 8 épisodes diffusés en fin d’année 2015.

 

The Principal (SBS)

Épisodes vus : 2.

L’histoire. Matt Bashir devient le proviseur d’un lycée pour garçons. Situé dans un quartier difficile où les tensions communautaires sont vives, il va devoir redoubler d’efforts pour faire en sorte que le destin de cette école ne soit scellé à tout jamais.

La tendance des séries, c’est de proposer au mieux un héros torturé, au pire un héros manipulateur. Mais parfois, ça fait du bien d’avoir aussi un héros positif. C’est le cas de The Principal où Matt Bashir, tout nouveau proviseur, emploie toute ses forces pour ne pas recourir aux menaces et aux exclusions lorsqu’un élève dont il a désormais la charge peut déraper. Il souhaite tirer le meilleur de chacun et pour le faire, il faut selon lui extirper le sujet de la spirale négative dans laquelle il s’est enfermé. The Principal est une belle série avec une belle âme mais ça ne l’empêche pas de comporter plusieurs défauts. La première, c’est peut-être d’être trop courte. Seulement 4 épisodes pour aborder la question du multi-culturalisme, ça semble difficile d’autant que s’y mêle des sujets plus intimes (que je ne révélerai pas…) qui concernent directement Matt Bashir. Son exposition est également problématique : la facilité avec laquelle il met en place de nouvelles règles durant le premier épisode est un peu trop unidimensionnelle, pour ne pas dire naïve. Mais il n’empêche qu’au final, on souhaite avidement voir Matt réussir sa mission, notamment parce qu’il semble difficile d’être indifférent aux enjeux déployés dans The Principal. A suivre… (cf. bande-annonce à voir par ici)

ThePrincipal

Créée par Ian Collie, Rachael Turk et Kristen Dunphy. 4 épisodes diffusés en fin d’année 2015.

Catégories : Comédie · Critique · Drama · Série australienne · Série du monde