Replay : The Affair, Transparent…

ReplayTheAffair

Bon, cette semaine, j’emménage à Paris donc je n’ai pas eu le temps de faire grand chose. A part regarder des séries. Hum. En vrac, on retrouve la nouvelle saison d’Homeland et de The Walking Dead et les nouveautés Scrotal Recall, The Affair et Transparent.

Homeland, saison 4 (Showtime)

Épisodes vus : 2 / 3 diffusés

L’histoire. Fin de la saison 3, nous apprenions que Carrie était mutée à Istanbul. Nous la retrouvons cette fois-ci en Afghanistan, de nombreux mois après, dirigeant une frappe de drones sur une ferme située au Pakistan où se trouverait un terroriste activement recherché.

L’ellipse est toujours un outil formidable pour un scénariste lors d’une nouvelle saison. Cela lui permet à la fois de relancer complètement la série sans forcément à répondre illico du temps passé sous silence, et cela offre du coup ce qu’il faut de mystère qu’il conviendra de faire fructifier au fil des épisodes, graine par graine. Mais cette nouvelle saison d’Homeland qui se déroule plusieurs mois après la fin de la saison 3 ne semble pas s’en préoccuper (à nouveau ?!). Seule conséquence actée, l’enfant de Carrie, dont s’occupe sa sœur. Sauf qu’en, au moins 9 mois, le rapport qu’entretient Carrie à cet enfant n’a en réalité aucunement changé. La scène forte qui symbolise ce lien ambivalent s’en trouve d’autant plus réduite que depuis le début de la série, les enjeux de personnages qu’elle met en scène n’ont jamais eu de conclusion réellement satisfaisantes (rappelez-vous du personnage de Carrie entre la fin de saison 1 et le début de saison 2…). La mort de Brody est une véritable chance pour la série. Mais après ce double-épisode, je ne suis pas persuadé qu’ils aient envie de la saisir.

Créée par Howard Gordon et Alex Gansa, librement inspirée d’Hatufim créée par Gideon Raff. Diffusion de la saison 5, contenant 12 épisodes, depuis le 5 octobre.

 

Scrotal Recall (Channel 4)

Épisode vu : 1 /  1 diffusé

L’histoire. Dylan, jeune homme habitué aux courtes relations sentimentales, reçoit le diagnostic de son médecin : il a une chlamydiose, une MST qui, si elle n’est pas traitée, peut entraîner chez la femme une infertilité. Il est sommé de contacter toutes ses conquêtes.

On en voit régulièrement défiler, les comédies qui s’appuient sur une liste pour alimenter leur caractère récurrent. Ici, la liste comporte 20 prénoms de femme. Et comme nous l’indique ce pilote, dans chaque épisode, nous verrons comment notre héros, Dylan, reprend contact avec l’une de ses ex. Cette entrée en matière reste classique mais n’est pas sans rappeler You’re the Worst puisqu’il se déroule en grande partie dans un mariage. Moins réussi mais tout autant prometteur, les comédiens tiennent leur rôle. L’acteur principal est pour l’instant un peu trop passif mais j’ai été particulièrement heureux de retrouver l’énergique Antonia Thomas (Alisha dans Misfits).

Créée par Tom Edge. Diffusion des 6 épisodes depuis le 2 octobre.

 

The Affair (Showtime)

Épisodes vus : 1 / 1 diffusé

L’histoire. Noah a tout pour être heureux. Il aime sa famille, il aime son travail, mais il semble lui manquer quelque chose. En partant en vacances, il fait la rencontre d’une serveuse, Alison.

Sur le papier, The Affair avait tout pour me rendre indifférent : des couples américains dont la vie bascule à cause d’un adultère, je m’en contrecarre vraiment les steaks. Mais quelque chose nous mettait la puce à l’oreille, entre le casting des 4 rôles principaux, dont Dominic West (The Wire, The HourThe Affair ! Il aime les “the”) et Ruth Wilson (la folle de Luther) et le nom de ses créateurs, en particulier Hagai Levi qui a mis au monde Betipul, oui, il y avait bien quelque chose d’étrange. La première demi-heure ne l’est pourtant pas. Le personnage de Dominic West ne se satisfait pas de sa vie quasi-idyllique, il en veut plus, et si possible le minou d’une jeunette. Ouais, franchement, rien d’innovant. Et puis un basculement a lieu et l’on comprend. On comprend toute la portée de la série et l’on comprend – pour ceux qui n’avaient pas encore pu saisir la notion de “traitement” d’une histoire – qu’on aurait eu tort de s’arrêter à la lecture du synopsis. Sur un plan très pragmatique, le pilote de The Affair réussit là où celui de True Detective échoue. Jetez-vous sur cet épisode.

Créée par Sarah Treem et Hagai Levi. Diffusion des 10 épisodes depuis le 12 octobre.

 

The Walking Dead, saison 5 (AMC)

Épisode vu : 1 / 1 diffusé

L’histoire. Après avoir atteint le terminus, nos survivants préférés découvrent ce qu’il renfermait. Et c’est pas joli-joli.

La saison 4 était abominable de nullité, en particularité sa deuxième partie où l’on suivait les survivants errer sans cesse dans les bois en quête du Terminus, un “sanctuaire” vanté par des inscriptions tout le long de la ligne d’un chemin de fer. Ils croyaient trouver un abri mais ils sont tombés en enfer. Enfermés dans un wagon, ils semblaient être au pied du mur. Mais un retournement de situation va changer leur destin… et celui des propriétaires des lieux. D’ailleurs, c’est un peu un problème en fait : quand on nous fait miroiter le “Terminus” pendant la moitié d’une saison et que les auteurs s’affranchissent de ce lieu en un épisode, y a de quoi être un peu déçu. Retour à la case départ, ne touchez pas un abri. Marchez, walkers.

Créée par Frank Darabont et Robert Kirkman, adaptée des comics book du même nom de Robert Kirkman. Diffusion de la saison 5, contenant 16 épisodes, depuis le 12 octobre.

 

Transparent (Amazon)

Épisode vu : 1 / 10 mis en ligne

L’histoire. La vie de la famille Pfefferman est sur le point de changer. Le père convoque Ali, Sarah et Josh, ses trois enfants, pour leur annoncer une nouvelle importante.

Il parait que c’est l’héritière de Six Feet Under. De ce point de vue, ce n’est pas impossible puisque ce premier épisode est en réalité assez moyen, comme son modèle. Je n’ai pas grand chose à dire d’autre. Les personnages ne m’ont pas particulièrement touché même si je note l’attention portée à chacun de leurs caractères. L’intrigue n’est pas vraiment lancée même si j’admets qu’elle n’est pas centrale à l’histoire. C’est plutôt ce qu’elle révèle qui devrait nous happer. N’ayant pas eu le temps de regarder la suite, je ne souhaite donc pas plus me prononcer. Vous voilà bien avancé, n’est-ce pas ? Ce pilote n’est pas une grande baffe dans ma gueule (contrairement à The Affair par exemple) mais l’avantage des séries, c’est que louper l’entame ne signifie pas forcément qu’on va foirer le reste. Et inversement, d’ailleurs.

Créée par Jill Soloway (une des scénaristes de Six Feet Under… !). Mise en ligne des 12 épisodes le 26 septembre.

Catégories : Comédie · Critique · Drama · Série américaine · Série anglaise