garfunkel and oates, the divide, the last ship, you're the worst

Ce qu’il faut surveiller cet été

Ete2014

A quelques jours du début calendaire de l’été, ce samedi 21 juin, il est temps de s’organiser. Entre la plage, la Coupe du monde, le Tour de France et les petits boulots, aucune seconde ne doit être perdue pour découvrir de nouvelles séries – américaines pour l’occasion -, période à laquelle il est souvent possible de découvrir de véritables pépites… et de grosses daubes immondes. Je vous facilite le travail en vous proposant une liste non-exhaustive.

Avant de commencer, je citerai plusieurs autres séries en plus de celles décrites ci-dessous. Je vous ai déjà parlé de The Leftovers sur Dimension Séries. Elle commence le 29 juin. Une série qui devrait faire parler d’elle tout l’été.

Autres nouveautés, celles de la chaîne FX qui m’effraient un peu. D’un côté, The Strain sur l’émergence de vampires, par Guillermo del Toro dont la filmographie ne m’a jamais réellement passionné. Et de l’autre, Tyrant, production assez mystérieuse, par le créateur de Hatufim la série qui a inspiré Homeland. On y suivra Barry, un personnage exilé depuis 20 ans à Los Angeles, qui rejoint son pays natal, le pays fictionnel du moyen-orient Abbudin, avec sa famille américaine. On s’attend à un joli clash culturel inversé.

Côté retours, on n’oubliera pas de noter que Rectify saison 2 débarquera le 19 juin dans seulement 3 jours et qu’Utopia saison 2 est prévue pour le mois de juillet. Non, je ne parlerai certainement pas de la suite d’Under The Dome (même si je la regarderai très probablement… Ah, la contradiction).

 

The Last Ship (TNT)

Début : 22 juin

De quoi ça parle ? Après un virus qui tue 80% de la population, l’équipage du destroyer fictif américain Nathan James doit trouver un remède afin de sauver l’Humanité. Youpilol.

Alors. Je m’appelle Michael Bay et j’ai décidé de produire une série télé. Comme je n’ai aucune imagination, je me contente de l’adaptation d’un bouquin et puis, tant qu’à faire, autant avoir des scénaristes expérimentés à bord comme Hank Steinberg, créateur de FBI Portés Disparus. De ce fait, la série sent le gros nanar bien luisant mais pourrait tout aussi bien cacher quelques bonnes idées. Mais on sent quand même la production sur-patriotique poindre le bout de son nez. C’est justement ce thème, et son traitement très militaire, qui avait gâché tout l’intérêt que j’avais pu éprouver pour Last Resort.

Créée par Steve Kane et Hank Steinberg. Avec Eric Dane (Tom Chandler, le capitaine du navire) et Adam Baldwin (Mike Slattery, le commandant en second).

 

The Divide (WE)

Début : 16 juillet

De quoi ça parle ? Christine Rosa, une travailleuse sociale qui, au sein de l’ONG The Innocence Initiative (inspirée de l’Innocence Project), cherche à innocenter des personnes condamnées par erreur. En l’occurrence, elle s’arrête sur le profil d’un homme qui aurait été, selon elle, accusé à tort du meurtre d’une famille onze ans auparavant. Il est dans le couloir de la mort et il ne lui reste plus beaucoup de temps.

Plusieurs choses m’interpellent au sujet de la série. Son traitement, d’une part, promet de développer une intrigue sur toute la saison – et pas simplement une affaire par épisode. Ça change tout car cela permet de développer le sujet de la justice, et des libertés, de manière approfondie comme Rectify a pu le faire l’année dernière. D’autre part, la série est co-créée par Richard LaGravenese, scénariste qui s’est dernièrement fait remarqué en signant l’histoire de Ma vie avec Liberace, un de ces grands téléfilms HBO qui révèle l’ignorance et/ou la bêtise d’Olivier Dahan.

Créée par Richard LaGravenese et Tony Goldwyn. Avec Marin Ireland (Christina Rosa) et Chris Bauer (Jared Bankowski, l’homme qui doit subir la peine de mort).

 

You’re The Worst (FX)

Début : 17 juillet

De quoi ça parle ? Gretchen et Jimmy ont un point commun, celui d’être des « worst« . Difficile à traduire en Français mais, pour faire simple, ça veut simplement dire que ce sont des êtres méchants et auto-destructeurs. Et ces deux-là tombent amoureux l’un de l’autre malgré eux et malgré leur caractère épouvantable. La chaîne présente la série comme une anti-comédie romantique. Pour l’instant, on se contentera d’un teaser qui montre surtout la lucidité de ces deux personnages.

Elle est créée par Stephen Faulk qui a fait ses armes sur Weeds, ce qui est potentiellement un gage de qualité humoristique car l’insolence de ses personnages en était l’un des ingrédients importants. Et c’est justement ce que je souhaiterai retrouver mais de manière plus appuyée, influence des séries anglaises oblige…

Créée par Stephen Falk. Avec Aya Cash (Gretchen) et Chris Geere (Jimmy).

 

Garfunkel and Oates (IFC)

Début : 7 août

De quoi ça parle ? Du duo musical comique qui porte le même nom, incarné par Kate Micucci (Oates) et Riki Lindhome (Garfunkel).

Oui, l’histoire est light. En même temps, c’est le crédo des comédies, tout reposant sur la qualité d’écriture. Ici, puisqu’on parle de musique, on pense forcément à Flight of the Conchords. Et d’ailleurs, Garfunkel and Oates est à la base un projet développé par HBO. La chaîne a passé son tour et c’est IFC, à qui l’on doit l’excentrique Portlandia notamment, qui a repris le projet sous son aile. Je n’ai pas réussi à mettre la main sur le teaser de la série grâce aux superbes géolocalisations. Mais ça ne m’empêchera pas de vous montrer une chanson qui a fait leurs succès. Elle s’intitule : « Fuck Me In The Ass Because I Love Jesus. »

Créée par Kate Micucci et Riki Lindhome. Avec elles-même.

Catégories : Actualité · Comédie · Drama · Série américaine · Série anglaise