adsl, box, heroes, jeux vidéo, microsoft, playstation, powers, sony, xbox

La prochaine box vraiment tout-en-un ?

Free-Box

La semaine dernière, une information publiée par le Wall Street Journal affolait le monde généreux du jeu vidéo. Et pourtant, il concernait également celui des séries. Sony, le géant japonais, annonçait avoir ressuscité le projet Powers, une adaptation télé du comics imaginé par Brian Michael Bendis et Michael Avon Oeming et qui a connu deux projets d’adaptation (2009 et 2012 pour la chaîne FX). On y découvrira le quotidien d’un policier qui enquête sur des affaires impliquant des Hommes doués de pouvoirs surnaturels.

Pas de surprise, bonne surprise ?

Jusque-là, en réalité, rien de bien étonnant. Le studio de production TV de Sony, Sony Pictures Television, est déjà bien ancré dans le milieu. On lui doit notamment la production de Breaking Bad et de nombreuses autres séries ou divertissements. Non, ce qui étonne déjà plus, c’est que Powers sera diffusée sur le Playstation Network, le service en ligne auquel se connecte ses consoles de jeux (Playstation 3, Playstation 4 et PS Vita).

Le projet de Sony est donc de distribuer sa série sous la forme de streaming aux 30 millions de consoles qui peuvent s’y connecter. 30 millions, justement, c’est grosso-modo le nombre d’abonnés d’HBO et de Netflix. Tiens, tiens…

Pour être honnête, cette annonce n’est pas totalement une surprise. Depuis un an, le constructeur jeu vidéo concurrent de Sony, Microsoft, à qui l’on doit la Xbox 360 et la toute dernière Xbox One, cherche activement à intégrer le petit monde de la production séries. A l’époque, fin avril 2013, une rumeur indiquait le retour d’Heroes (ce qui se fera, mais sur NBC finalement…). Un mois plus tard, coup de théâtre lorsque Microsoft dévoile sa Xbox One : ce n’est pas Heroes qu’elle produira et diffusera mais Halo, sa licence phare de jeux vidéo, sous la coupe d’un certain Steven Spielberg. Comme pour Sony, la diffusion se fera via ses consoles de jeux vidéo.

Affrontement à distance

L’annonce de Sony n’a pas provoqué la même déflagration que chez Microsoft où la presse spécialisée avait largement raillé la stratégie tout-en-un (« All-in-One », en rapport avec la Xbox One) du groupe américain : regarder la télé, jouer à un jeu… faire le café. Pourtant, cette récente annonce de Sony montre que les deux groupes s’affrontent sur le même terrain : celui du contrôle du divertissement à la maison. L’actuelle génération de consoles de jeux foule ainsi du pied le marché des box de salon pour qui, en France, nous disposons d’une relative avance en la matière. Relative parce que cette avance réside dans l’implantation du marché mais pas particulièrement dans sa technologie.

Les leaders technologiques actuels de ces terminaux uniques qui font tout, ce ne sont ni Free, ni Orange, ni Bouygues mais bien Sony et Microsoft. Certes, les consoles de jeux ne servent pas encore d’accès à Internet et ce n’est pas sur cette génération que nous verrons se réaliser cette prophétie mais elles disposent de toute la connaissance technique pour emprunter cette voie. D’ailleurs, l’affrontement a déjà commencé. La Xbox One permet déjà de recevoir les chaînes de télévision classiques françaises (TF1, France Télévisions, M6…), un service pourtant commercialisé par les box comme chez Free où il en coûte 1,99 € par mois à chaque abonné.

Un marché français particulier

Petit à petit, les services qui enrichissaient l’offre des box de TV sont donc concurrencés par les méga consoles de jeux, qui peuvent désormais, elles aussi, devenir des enregistreurs numériques géants. Si les velléités de Microsoft et de Sony dans la fourniture d’un accès à Internet ne sont pas connues, ce n’est pour autant pas forcément à exclure. La première entreprise à avoir intégré ces problématiques était française : il s’agissait de Vivendi où, à sa tête, Jean-Marie Messier rêvait d’un terminal unique avec leur offre Internet. C’était bien trop tôt. Technologiquement, rien n’était prêt.

Aujourd’hui, la technique ne semble plus être une barrière. Les producteurs et les fournisseurs de contenus continuent de se rapprocher voire ne font plus qu’un. Encore hier, Facebook, géant que l’on ne voit pas forcément directement dans la bagarre, vient de s’offrir Oculus VR, une société qui développe un casque de réalité virtuelle, pour 2 milliards de dollars. Pile une semaine après que Sony ait officialisé son propre projet de casque, Morpheus, à quelques heures près de l’annonce de Powers

Une des nombreuses vidéo test de l’Oculus Rift que l’on peut trouver sur Youtube

S’il s’agit peut-être d’investissements à la marge, ils révèlent pour autant des blocs qui s’affrontent à distance. Des blocs auxquels, en France, appartiennent les FAI français dont Free qui, très tôt mais sans succès, avait implanté dans sa Freebox l’idée de jouer à des jeux. Le jeu embarqué dans les box ADSL, est-ce là leur prochain terrain d’innovation ? Ou vont-elles attendre de se faire manger leurs services embarqués par Microsoft et Sony ? Le sujet ne touche, certes, pas directement les séries TV mais elles en font parti et, comme d’autres, figure parmi les produits d’appel potentiels dans le cas de l’arrivée de box VRAIMENT tout-en-un.

Catégories : Actualité · Décryptage · Série américaine