bbc two, james corden, mathew baynton, the wrong mans

The Wrong Mans, parodie à l’anglaise

TheWrongMansThriller… Hum. Pourquoi pas mais dans de rares et exceptionnelles situations. Thriller comique… Hein ? Thriller d’espionnage parodique… Ah ouais, carrément !? Eh ouais, carrément, c’est le pari de The Wrong Mans, cette nouvelle production anglaise dont la première saison, courte de 6 épisodes (ah, que j’aime les anglais pour leurs concisions !), ne pourra que ravir vos papilles.

The Good Boys

Vous l’avez compris, je mise beaucoup de billes (et ma crédibilité de fan de séries) sur cette nouveauté. Et ce n’est pas parce que The Wrong Mans est le plus gros succès public de BBC Two (qui recherche une nouvelle perle suite à la fin de The Thick of It) depuis 2005 avec Extras et qui avait consacré Ricky Gervais comme le roi (mais pas le seul, ne l’oublions pas) de la comédie de malaise. De toute façon, ce n’est pas le crédo de The Wrong Mans. Eux, ils font dans l’absurde. Mais avant d’en parler plus en détail, reprenons depuis le début.

La série est imaginée par deux auteurs comédiens anglais trentenaires. Le premier, James Corden, pourrait être qualifié de sidekick jovial mais bedonnant. Je ne pense pas du tout à Jonah Hill. Après diverses apparitions en télévision ou au théâtre, il devient le co-créateur de la comédie romantique Gavin & Stacey, succès public et critique de la BBC Three (le France 4 anglais) et s’étalant sur une vingtaine d’épisodes. Il y joue l’un des rôles clés, justement en compagnie de son ami, Mathew Baynton, l’autre créateur de The Wrong Mans. Celui-ci est un habitué des productions humoristiques à caractère parodique. Il passera par exemple dans Horrible Histories (série jeunesse de CBBC vulgarisant avec humour l’Histoire – on le voit dans cette vidéo) ou bien incarnera un personnage dans Spy (comédie d’espionnage de Sky1, tiens donc…).

Tinker, Tailor, Soldier, Spy… et fonctionnaire

L’histoire de The Wrong Mans peut prêter à sourire, et ça tombe bien puisque c’est là son objectif : Sam (Mathew Baynton) et Phil (James Corden) travaillent pour le conseil régional du Berkshire. Le premier est un fonctionnaire, conseiller urbaniste, qui se contente d’appliquer les demandes de sa hiérarchie ; le second travaille pour l’immeuble qui héberge le conseil. Le premier se remet difficilement d’une rupture avec sa chef ; le second rêve d’une amitié casse-cou. Avec toute son énergie et son volontarisme, celui-ci va alors prêter main forte à Sam qui vient de se fourrer dans une histoire sordide alliant chantage, menace de meurtre, espionnage et trafic de drogue. Tous les ingrédients sont réunis pour mettre nos deux héros dans de cocasses situations.

Ainsi, The Wrong Mans surfe sur le succès des différents buddy-show où les protagonistes, généralement très innocents pour ne pas dire naïfs, se mettent dans de sales draps. Au cinéma, on se rappelle des Very Bad Trip par exemple et à la télévision, je pense à une autre série anglaise, Mad Dogs, qui offrait un postulat plus ou moins identique. Mais en proposant un ton parodique, le traitement de cette comédie rappellerait en réalité plutôt la satire policière de Charlie Brooker, A Touch of Cloth, sans non plus jusqu’à noyer le téléspectateur d’un torrent de gags et de vannes qui parfois tombent à l’eau.

Équilibre millimétré

L’équilibre est en fait la grande réussite de The Wrong Mans. A Touch of Cloth, même si très drôle, devenait rapidement imbuvable car elle incarne trop l’image d’une série à sketches où toutes les caractéristiques d’une série policière doivent être tournées en ridicule. La série qui nous intéresse, quant à elle, parvient à conserver l’intérêt autour de ses enjeux dramatiques, lesquels permettent de temps à autres de décliner les diverses situations qui se présentent à Phil et à Sam de manière humoristique.

Cette crédibilité des enjeux provient aussi peut-être de la réalisation de la série, particulièrement somptueuse. Les cadres, la lumière ou le travail sur la musique et le son renforce en effet l’impression que l’on se trouve face à une série dramatique de grand divertissement et le budget qui va avec (on n’échappe pas aux explosions, aux effets météo, à des courses poursuites, à un hélicoptère !). Du coup, grâce à ce vernis très sérieux, les ruptures de ton parodiques, provoquées par la naïveté, la maladresse ou le sens de l’aventure des personnages principaux, prennent d’autant plus d’ampleur.

Prise par petits bouts, The Wrong Mans pourrait paraître ainsi classique. Mais le mélange de ses ingrédients (réalisation soignée, buddy-show, ton parodique) fait d’elle une production particulièrement originale, malgré la gestion anodine – pour ne pas dire inintéressante – de l’histoire sentimentale qui essaime la saison. De toute façon, ce qui nous reste en tête à la fin de ces 6 premiers épisodes, c’est surtout l’amitié entre les deux personnages principaux. L’empathie fonctionne à 300%. Mais je reste cependant très sceptique à l’idée d’une saison 2, déjà annoncée.

The Wrong Mans (BBC Two). Créée par James Corden et Mathew Baynton. Diffusion des 6 épisodes de la saison 1 du 24 septembre au 29 octobre 2013.

Catégories : Comédie · Critique · Série anglaise