projet serie tele francaise top 10

Séries françaises. Les 10 projets qui promettent (2013)

Le magazine Ecran Total a édité mardi 11 décembre un hors-séries dédié aux projets en cours de développement, à la fois au cinéma et, ce qui nous intéresse plus particulièrement, à la télévision. De nombreuses séries sont ainsi détaillés, parfois associés à une chaîne ou non. Voici ma sélection, sur la base des informations fournies, des 10 projets les plus prometteurs.

10. Un écho (Arte)

Histoire : La vie de Philippe, pianiste réputé mondialement, bascule peu après ses 40 ans. Son monde, jusqu’ici bien rangé, se délite. Il plonge peu à peu dans le désordre alors qu’il est pris de phénomènes étranges : des acouphènes qui abiment son talent, un piano dont il est persuadé qu’il sonne faux, et une femme qui devient bizarre. Tombe-t-il dans la folie ?

Cette mini-série en trois épisodes est imaginée notamment par Frédéric Azémar, le créateur de l’autre série d’Arte, Odysseus, qui apparait dans cette sélection. En présentant ce projet, Arte avait glissé une référence : Un écho, série fantastique, serait une sorte d’hommage à Philippe K. Dick, De quoi susciter chez moi une attente évidente étant un grand fan de l’auteur américain.

Format : 3x52min. Écrit par : Frédéric Azémar, Quoc Dang Tran et Florent Meyer. Production : La Compagnie des Phares et Balises.

 

9. La Brigade (France 2)

Histoire : Un jeune escroc, passé par la case « serrurier », obtient un job dans un grand restaurant. La série suit son parcours initiatique qui devrait le mener jusqu’au sommet au travers d’une brigade d’un restaurant étoilé.

Je ne sais pas pour vous mais je fais partie des publics extrêmement captifs, dès lorsqu’une émission de cuisine ou une télé-réalité met en scène l’objet « Bouffe ». Déjà parce que ça développe mon appétit et, aussi, parce que ça me fait rêver. Si Kitchen Confidential avait pris le parti d’en faire une comédie, je suis franchement intrigué par une série dramatique sur le sujet.

Format : 10x52min. Écrit par : Arnaud Malherbe, Marion Frestraëts et Yann Le Nivet. Production : Calt Productions. Status : En développement.

 

8. La Source (France 2)

Histoire : Une étudiante brillante à Dauphine, Marie, paie ses études en gardant des enfants. Depuis deux ans, elle est la baby-sitter attitrée de la famille Lacanal. Mais un jour, la DCRI lui demande de travailler pour elle afin de se renseigner sur cette famille. Contrainte de le faire, elle devient une source sous couverture.

La chaîne publique serait-elle en train de tenir dans ses mains un premier thriller sur le monde du renseignement qui pourrait être potable ? C’est en tout cas ce que j’espère, alors que le monde des séries a les yeux actuellement rivés sur Homeland. Le nom du réalisateur m’a aussi intrigué, c’est lui qui avait mis en scène la série imparfaite de Canal+, Scalp. Ce qui attise tout de même ma curiosité.

Format : 6x52min. Écrit par : Laurent Burtin et Nathalie Suhard. Production : Barjac Production. Status : En tournage.

 

7. Politic Bizness (sans chaîne)

Histoire : Un loser, Teddy, et une petite frappe, Martial, hallucinant devant l’impunité des hommes politiques, s’associent pour créer leur propre parti. Ils ont une idée en tête, celle de remporter l’élection municipale et un rêve commun, celui de profiter des avantages (HLM, corruptions, femmes…). La campagne promet des rebondissements et les lascars pourraient se découvrir un altruisme qu’ils ne soupçonnaient pas.

Le format humoristique en France n’étant décliné quasiment qu’en programme court, et après avoir écrit un billet sur The Thick of It, je ne pouvais pas mieux tomber. Mélanger comédie et politique dans un projet de série française est une excellente idée et les bases posées par le synopsis sont prometteuses. Problème, toujours le même : actuellement, il n’y a que trois chaînes en France qui font du 26 minutes, Canal+, Comédie Plus et OCS (anciennement Orange). Ce qui réduit considérablement les chances de ce projet de trouver acquéreur…

Format : Série de 26 minutes. Écrit par : Adnane Tragha et Hicham Tragha. Production : Elemiah. Status : En écriture.

 

6. Sexe Faible (Canal+)

Histoire : Plongée dans le monde sans vergogne de passeurs de clandestins. Ici, deux femmes sans le sou vont être à l’origine de l’un de ces réseaux extrêmement lucratif autour de la Manche. Leur ambition, c’est de devenir le « parrain » malgré les galères et les emmerdes qui vont se mettre sur leur chemin. Elles devront mentir, tricher ou même tuer pour y parvenir.

La raison de la présence de cette série dans ce top ? On ne loupe jamais une nouvelle série de Virginie Brac. Elle qui a relancé la franchise Engrenages (pas du tout ma tasse de thé ceci dit) et qui, surtout, a mis au monde l’extraordinaire Les Beaux Mecs, est une scénariste toujours attendue au tournant. Cette histoire, qui va décortiquer un monde que je ne connais qu’au travers des reportages télé, me rappelle par ailleurs très légèrement le principe de Breaking Bad, où un homme sans histoire, pris dans un engrenage qu’il pensait pouvoir maîtriser mais aussi pris par son ego, va devenir quelqu’un d’extrêmement dangereux.

Format : Série de 52 minutes. Écrit par Virginie Brac. Production : Lincoln TV. Status : En développement.

 

5. Hier j’avais encore 20 ans (sans chaîne)

Histoire : Le soir de la victoire de la France à la Coupe du Monde 98, Julie, 20 ans, est prise dans un accident de voiture. Coma. 15 ans plus tard, elle se réveille. Pour elle, du jour au lendemain, elle est plongée dans un monde qui s’est métamorphosé. Elle a une ado de 15 ans et ses anciens « potes » sont désormais adultes. Mais Julie refuse de ne pas profiter de sa jeunesse volée.

C’est la seule dramédie de ce top. Une série dont le principe est quasiment fantastique puisqu’on suit un voyage dans le temps qui s’est réalisé en l’espace de quelques secondes pour la protagoniste principale. Et d’une certaine manière, ce projet a en lui quelque chose d’extrêmement positif, comme une Clara Sheller par exemple, ou Candice dans QI, la série d’Orange. On offre rarement dans les séries françaises de bons rôles féminins, et, comme les deux citées précédemment, cette série semble toute trouvée.

Format : 10x52min. Écrit par : Audrey Schebat. Production : Mascaret Films. Status : En écriture.

 

4. Odysseus (Arte)

Histoire : VIIIè siècle avant J.-C., dix ans après la fin de la Guerre de Troie, Ulysse, roi d’Ithaque, n’est toujours pas rentré parmi les siens. Pénélope, privée d’époux, et Télémaque, privé de son père qu’il n’a jamais connu, sont les seuls à le croire encore en vie. Ils se battent pour maintenir l’ordre sur l’île fragilisée et envahie par les prétendants, qui forcent la reine à reprendre un époux et, ainsi, à désigner un nouveau roi.

Je ne suis pas un grand fan de ce qu’on appelle les « period drama », ou, pour le dire en français, les séries en costumes. En général, je les trouve extrêmement superficielles (y compris Downton Abbey) et elles ne parviennent pas à raconter, au travers de leur histoire, une partie de notre propre histoire. Le fait de revisiter la mythologie de la Grèce antique est une ambition très piégeuse, ce qui me rend d’autant plus curieux de voir le résultat. D’autant que de très fines plumes de la télévision française ont participé à l’écriture, tel que Frédéric Krivine (Un Village Français) ou Olivier Kohn (Reporters).

Format : 12x52min. Écrit par : Frédéric Azémar, Olivier Dujois, Marien Francou, Stéphane Giusti, Fanny Herrerro, Olivier Kohn, Flore Kosinetz, Frédéric Krivine, Elsa Marpeau, Florent Meyer, Zina Modiano, Anne Peyregne, Stéphane Piatzszek, Marie Roussin et Raphaëlle Valbrune. Production : MakingProd. Status : En postproduction.

 

3. Les Témoins (France 2)

Histoire : Sandra est une jeune officier de police. Elle se retrouve face à une scène de crime particulière : plusieurs corps, exhumés, ont été découverts dans une maison-témoin. Et un portrait de Paul Maisonneuve, lui-aussi officier de police, est retrouvé sur la table de la chambre de nuit.

Outre Virginie Brac, il faut également surveiller deux autres noms dans nos contrées, ceux de Hervé Hadmar et Marc Herpoux. Même si leur travail sur Signature m’avait déçu, ils ont un style tellement différent de ce que l’on voit habituellement que le dépaysement est généralement total lorsqu’on se retrouve face à leurs créations. Si Les Témoins est une série policière, un genre qui ne m’a jamais passionné, j’avais été partiellement obnubilé par Les Oubliées qu’ils avaient développé pour France 3 (2008). Et d’après mes informations, les passages ésotériques, une marque de leur style, seront de nouveau présents dans Les Témoins.

Format : 6x52min. Écrit par : Hervé Hadmar et Marc Herpoux. Production : Cinétévé. Status : En écriture.

 

2. La Patrouille Perdue (Canal+)

Histoire : Pendant la guerre de 14-18, le capitaine Declerq passe en cour martiale. Il évite la dégradation et la mort en se voyant confier par le Deuxième Bureau une mission qui le conduit au coeur du « no man’s land » entre les lignes françaises et allemandes. Là, des événements surnaturels semblent se produire et Declerq a l’impression qu’il n’a pas été choisi au hasard.

Eh oui, vous me lisez bien, je viens d’installer en deuxième position de mon top une série produite par Europacorp. Je dois dire que si j’avais eu à placer ce projet il y a quelques mois, avant Les Revenants, je ne suis pas sûr qu’il aurait pu être si haut. Mais Canal+ a su me redonner confiance en eux et revisiter un genre, les séries de guerre, en injectant du fantastique va peut-être réussir à me convaincre. J’ai donc très hâte mais j’ai peur d’être forcément bien déçu.

Format : 12x52min. Écrit par : Jed Mercurio. Production : Europacorp TV. Status : En développement.

 

1. Cognacq-Jay (sans chaîne)

Histoire : 1959. Année symbolique pour la télévision française. C’est le moment où le réseau national, en pleine construction, arrive à la fin du chantier. Jean d’Artois, ingénieur, est alors nommé directeur des programmes. Il doit alors supporter jalousies, aléas techniques et pressions des pouvoirs publics. C’est lui qui va poser les premiers jalons du monde télévisuel français actuel tout en suivant une société en pleine mutation.

La télévision qui parle de la télévision, c’est quelque chose qui, en France, me paraît fantasmagorique. Le mépris culturel du petit écran est tel qu’elle n’a jamais voulu endosser son rôle d’acteur populaire comme la télévision anglaise ou américaine a su le faire. Du coup, voir un tel projet débarquer est extrêmement excitant (et qu’il n’ait pas encore de chaîne associée n’est pas tellement surprenant…). Si l’on pourrait penser à Mad Men ou The Hour, je pense que cette série peut avoir une identité véritablement authentique, loin de ses consœurs. L’histoire de la télévision française est passionnante et rien que d’y penser, j’aimerais déjà que Cognacq-Jay ait 6, 7 ou 8 saisons, afin de voire naître le « mieux-disant » culturel ayant entraîné la privatisation de TF1.

Format : 12x52min. Écrit par : Sophie Pincemaille, Martin Sauvageot et Thibaut La Flaquière. Production : Mercredi Films. Status : En écriture.

 

A suivre également : Love Hurts (France 2) par les auteurs du film Le Nom des Gens, Les Echangistes (France 2), une co-production Québec/France et Marginal (Canal+), le prochain projet d’Olivier Marchal.

Catégories : Point de vue · Série française