breaking bad, heisenberg, saison 5, walter white

Breaking Bad amorce son dernier virage avant la fin

ATTENTION, SPOILER. Le retour de Breaking Bad, c’est depuis 2009 un moment privilégié dans ma vie de sériephile. Un moment qui a pourtant été assez malmené en fonction des divers errements de la série.

En début de saison 2, on attend avec impatience de savoir comment son créateur, Vince Gilligan, va réussir à donner une suite aux 7 premiers épisodes arrêtés prématurément par la grève des scénaristes. Ses premières images sont les conséquences directes, désastreuses mais mystérieuses – elles ne seront révélées qu’au tout dernier épisode – des décisions prises par Walt. Mais cette idée qui sous-tend la saison m’aura finalement décontenancé, considérant qu’il n’était pas nécessaire d’en arriver aussi loin pour poser les premières briques de la culpabilité de Walt.

La saison 3 sera son contre-coup et verra la première grosse césure entre le duo principal tout en ajoutant une couche internationale aux intrigues avec la présence constante de Gustavo Fring. Un personnage qui, avec un peu de recul, continue de me fasciner. La froide interprétation de Giancarlo Esposito y est clairement pour quelque chose. Enfin, l’entame de la saison 4 – qui sera diffusée sur Arte cet automne -, elle, marquait un tournant dans la relation entre Walt et Gus et annonçait un duel à distance tout au long des épisodes et s’achevant par ce que l’on sait.

Entre appréhension et excitation

Je plaçais donc l’attente de cette saison 5 entre appréhension et excitation. Breaking Bad vient de perdre l’un de ses meilleurs personnages et le principal antagoniste de Walter White. La difficulté des scénaristes était donc de parvenir à retrouver une telle tension (car c’est le principe de la série, une tension qui semble toujours s’accroitre comme si Walt avait déclenché un cercle vicieux qui ne prendra fin qu’à sa mort) en redéfinissant les antagonismes.

L’un d’eux, qui avait été plus ou moins évacué par la mise à l’écart d’Hank, fait son grand retour : la brigade des stups. C’est l’affrontement annoncé tout au long de cet épisode et qui, je l’espère, obtiendra une réponse forte en fin de saison – j’en parle plus bas mais c’est en tout cas l’impression que le pré-générique me donne. L’autre antagonisme, c’est la famille de Walt, et il est utilisé avec perfection dans cet épisode.

La famille, force et faiblesse de Walt

Depuis le début de la série, la principale force et la principale faiblesse de Walt, c’est sa famille. Sa force car c’est pour elle qu’il agit au tout départ. Pour elle qu’il veut mettre de l’argent de côté dès lors qu’il passera l’arme à gauche. Mais c’est aussi à cause d’elle qu’il est aussi fragile du fait de sa vulnérabilité. A quoi bon faire tout ceci si sa famille est éradiquée par des mafieux qui veulent se venger de Walt ?

Pour ce faire, le professeur de chimie s’est inventé une identité, Heisenberg. Un homme qui aime prononcer des phrases chocs et qui claquent pour protéger son territoire et son business. Un homme craint et respecté. Mais un homme qui semble, de plus en plus, faire main basse sur l’identité de ce professeur désespéré voulant dans un dernier élan soutenir sa famille. Bref, un homme à qui le pouvoir plait.

La saison d’Heisenberg ?

Cet homme, ce Heisenberg, on le retrouve à son sommet dans cet épisode. Breaking Bad a franchi une nouvelle étape : de la dramédie noire du début, la série entre désormais dans le champ des séries mafieuses où l’on suit un être sans pitié pour qui tuer n’est plus une crainte. Mais si l’on a 50 minutes qui annoncent une saison survoltée où les critiques du manque de rythme devraient se faire rares, les toutes premières secondes nous plongent déjà dans l’après.

Un après où Walter White fêtent ses 52 ans soit 2 ans exactement après le début de la série. Deux ans, c’est aussi ce que son médecin lui avait donnés à vivre après avoir découvert son cancer. La fin approche et elle devrait être une douche froide pour tout le monde, y compris le téléspectateur.

Breaking Bad (AMC). Créée par Vince Gilligan. Diffusée depuis le 20 janvier 2008. La saison 5 a démarré le 15 juillet 2012. Elle sera composée de 8 épisodes diffusés cet été, puis de 8 autres en 2013.

Catégories : Critique · Drama · Série américaine