Info et société

Réfugiés : le camp de Moria est "une bombe sanitaire"

"Bombe sanitaire", tels sont les mots du porte-parole du gouvernement grec, Stelios Petsas, pour qualifier le camp surpeuplé de Moria, où la menace d'une propagation du coronavirus laisse planer l'ombre d'une catastrophe à venir. L’île grecque de Lesbos est devenue une prison à ciel ouvert où s’entassent, dans des conditions inhumaines, des dizaines de milliers de migrants, dans l’espoir d’obtenir l’asile en Europe. Avant le Covid-19, la situation était déjà loin de s’arranger, et ce notamment depuis que la Turquie a annoncé le 28 février qu’elle ouvrait ses frontières avec la Grèce. Résultat : l’hostilité de la population locale est grandissante, alors que l’Europe semble décidée à garder les murs de sa forteresse coûte que coûte. ARTE Info vous propose un éclairage sur ce que le sociologue suisse Jean Ziegler nomme "la honte de l'Europe".
facebooktwitterwhatsapp