Don d'organes : comment pallier le manque ?
Info et société

Don d'organes : comment pallier le manque ?

Le 16 janvier, le Parlement allemand a rejeté un projet de loi instaurant le consentement présumé en matière de don d’organes. L'Allemagne ne va donc pas rejoindre la France et les 19 autres pays de l’Union européenne qui ont adopté cette réforme, qui signifie que chaque personne est présumée donneuse et doit explicitement faire savoir son opposition au don d’organes. Pourtant, en Allemagne, la situation est critique avec un nombre de donneurs en baisse – seulement 932 en 2019 – tandis que la liste des patients en attente de greffe s’allonge : plus de 9000.  
Le 16 janvier, le Parlement allemand a rejeté un projet de loi instaurant le consentement présumé en matière de don d’organes. L'Allemagne ne va donc pas rejoindre la France et les 19 autres pays de l’Union européenne qui ont adopté cette réforme, qui signifie que chaque personne est présumée donneuse et doit explicitement faire savoir son opposition au don d’organes. Pourtant, en Allemagne, la situation est critique avec un nombre de donneurs en baisse – seulement 932 en 2019 – tandis que la liste des patients en attente de greffe s’allonge : plus de 9000.  

Toutes les vidéos

Don d'organes : qui est présumé donneur en Europe ?

Allemagne : le don d'organes en débat

Les enjeux du don d'organes

Dossier : le don d'organes

Organes artificiels : révolution médicale ?