Prisonniers politiques au Bélarus: les familles sans nouvelles

1420 personnes sont actuellement détenues au Bélarus pour des raisons politiques. Certaines d'entre elles ne reçoivent aucune lettre de leur domicile pendant des mois. Les visites d'avocats sont également interdites. Leurs familles ne savent même pas si les prisonniers sont encore en vie. Cet isolement total des détenus est appelé "incommunicado" par les organisations internationales de défense des droits de l'homme. De nombreux régimes autoritaires comme le Bélarus appliquent cette méthode aux prisonniers politiques.

Journaliste

  • Kseniya Halubovich

  • Mascha Rodé

Pays

  • France

  • Allemagne

Année

2024

Vous pourriez aimer aussi

Regarder Le Bélarus, un pays sous influence russe 9 min Voir le programme

Le Bélarus, un pays sous influence russe

Regarder Lituanie : des embûches pour les Biélorusses en exil 6 min Voir le programme

Lituanie : des embûches pour les Biélorusses en exil

Regarder ARTE Europe, l'Hebdo Extrême-droite en Europe : la tactique TikTok 13 min Voir le programme

ARTE Europe, l'Hebdo

Extrême-droite en Europe : la tactique TikTok

Regarder Malick, glacier réfugié en Italie Ces Européens venus d'ailleurs 3 min Voir le programme

Malick, glacier réfugié en Italie

Ces Européens venus d'ailleurs

Regarder Croatie : le rétablissement des frontières 6 min Voir le programme

Croatie : le rétablissement des frontières

Les vidéos les plus vues sur ARTE

Regarder L'Inde, première démocratie du monde ? 10 min Voir le programme

L'Inde, première démocratie du monde ?

Regarder Portugal - Des oeillets contre la dictature 53 min Voir le programme

Portugal - Des oeillets contre la dictature

Regarder Le dessous des cartes - L'essentiel Israël-Hezbollah : la guerre d'après ? 4 min Voir le programme

Le dessous des cartes - L'essentiel

Israël-Hezbollah : la guerre d'après ?

Regarder Des oeillets pour la révolution 44 min Voir le programme

Des oeillets pour la révolution

Regarder Trois bonnes raisons de voir "Madres paralelas" 2 min Voir le programme

Trois bonnes raisons de voir "Madres paralelas"