Œuvres de John Adams, Zoltán Kodály et Antonín Dvořák Depuis le Musée des Techniques de Spire

68 min
Disponible du 30/04/2021 au 26/10/2021
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
L’Orchestre de Rhénanie-Palatinat se produit au Musée des Techniques de Spire avec la navette spatiale russe BURAN en toile de fond. Au programme figurent The Chairman Dances de John Adams, les Danses de Galànta de Zoltán Kodály ainsi que les Danses slaves d’Antonín Dvořák.

L’Orchestre philharmonique de Rhénanie-Palatinat se produit au Musée des Techniques de Spire. Un cadre inhabituel pour le mariage de l’extrême précision technologique et artistique, avec notamment la navette spatiale russe BURAN en toile de fond. L’orchestre a vu le jour dans les années sombres qui ont suivi la Première Guerre mondiale et débuté sa première tournée de concerts en 1920. La formation, qui n’est en résidence dans aucune salle, donne aujourd’hui plus de 100 représentations par an et cultive une tradition d’orchestre invité depuis maintenant plus d’une centaine d’années. 

Michael Francis est le chef principal de l’Orchestre de Rhénanie-Palatinat depuis le début de la saison 2019/2020. Parmi ses illustres prédécesseurs dans cette fonction figurent Richard Strauss, Hermann Abendroth ou encore Christoph Eschenbach. Alors que la saison 2020/2021 reste lourdement marquée par la pandémie, le chef britannique a conçu des programmes inédits, non seulement pour la phalange allemande, mais également outre-Atlantique, où il officie comme directeur musical de l’Orchestre de Floride et du Festival Mainly Mozart. A la clé, des formats innovants avec de petits ensembles, des concerts avec des orchestres spatialisés, du streaming en direct, des concerts drive in, des vidéos pédagogiques et des propositions en ligne éditorialisées.  

John Adams est un des pionniers du courant minimaliste qui s’est développé aux États-Unis à partir des années 1960. Composé en 1985, The Chairman Dances revendique l’influence de George Gershwin et Leonard Bernstein. On notera au passage que dans son intitulé, « dances » ne doit pas être compris comme un substantif, mais comme un verbe. Avec cette pièce, John Adams cite une scène de son opéra Nixon in China où la femme de Mao Tsé-toung prend d’assaut un banquet présidentiel, accroche des lampions et finit par danser un foxtrot avec son mari.  

Le compositeur et ethnomusicologue hongrois Zoltán Kodály a été un pionnier de la reprise d’éléments folkloriques dans la musique du XXe siècle. Ses Danses de Galànta datent de 1933. Il s’agit d’un recueil inspiré des danses traditionnelles des Sinti et des Roms des alentours de Galànta, bourgade alors hongroise et aujourd’hui slovaque où Kodály a passé sa jeunesse. Œuvre parmi les plus connues de son compositeur, les Danses de Galànta figurent souvent au programme des grands orchestres symphoniques du monde entier. La création a eu lieu le 23 octobre 1933 sous la direction d’Ernst von Dohnányi. 

Antonín Dvořák a écrit ses Danses slaves initialement pour piano à quatre mains. Leur succès a été tel que son éditeur lui a suggéré de les adapter pour grand orchestre. Depuis, les Danses slaves dans leur version symphonique comptent parmi les pièces les plus populaires de Dvořák.  

Au programme : 

John Adams - The Chairman Dances, foxtrot pour orchestre  
Zoltán Kodály - Danses de Galànta 
Antonín Dvořák - Danses slaves op. 72  


Photo © Felix Broede 


  • Direction musicale :
    • Michael Francis
  • Orchestre :
    • Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz
  • Compositeur auteur :
    • John Adams, Zoltán Kodály, Antonín Dvořák
  • Pays :
    • Allemagne
  • Année :
    • 2021