Italie : le frein de la bureaucratie

3 min
Disponible du 06/02/2021 au 08/02/2024
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
De crise gouvernementale la plus incompréhensible des dizaines qu’a connues l’Italie jusqu’ici à occasion unique de réforme et de crédibilité... Un changement de perception qui répond au nom de Mario Draghi.
L’ancien président de la BCE, l’homme du "Whatever it takes (tout ce qu’il faut) pour sauver l’euro", est perçu comme le seul capable de se mesurer aux urgences sanitaire, sociale et économique du pays. Et de s’atteler enfin au plan de relance européen. Avec ses 209 milliards de fonds et emprunts, l’Italie en est la principale bénéficiaire. Les projets n’ont été esquissés jusqu’ici qu’à grandes lignes et rien n’a été fait côté gouvernance. Or, le taux d’utilisation des fonds européens s’arrête à 30% pour cause de bureaucratie. Et pour le plan de relance, l’Europe a fixé des termes encore plus stricts. Selon Confartigianato qui regroupe les entreprises du secteur des travaux publics, tout chantier, en Italie, a un fardeau de 7 mois de retard. D’où l’attente de Supermario. Nous avons rencontré un habitant qui vit près d’un chantier de la troisième ligne du métro, à, Rome, la C, dont les travaux ont débuté en 2007, et qui est encore à mi-chemin, plus de 13 ans après...

  • Journaliste :
    • Salvatore Aloise
  • Pays :
    • France
    • Allemagne
  • Année :
    • 2021