La chasse

84 min
Disponible du 01/05/2021 au 31/10/2021
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
Une partie de chasse au lapin attise les tensions entre des hommes d’âge mur. Dans un décor aride et rocailleux, Carlos Saura dépèce un cérémonial viril hanté par la violence de la guerre civile espagnole. 

Accompagné d’Enrique, son jeune beau-frère, Paco retrouve deux vieux amis, José et Luis, pour une partie de chasse au lapin. Elle se déroule dans la région de Tolède, sur les terres de José, avec l’aide d’une jolie sauvageonne, Carmen, et de son père Juan, un fermier estropié et pauvre, pour qui cette battue représente un gagne-pain. À l’exception d’Enrique, les chasseurs connaissent bien les lieux pour y avoir combattu les républicains durant la guerre civile. Derrière la bonne humeur affichée et les airs bravaches couvent des rancœurs et des tensions qui vont s’exacerber au cours de la journée, dans le claquement des coups de feu et la chaleur écrasante.

Faillite
"Un endroit parfait pour tuer", commentera Luis, en contemplant ce terrain de chasse aride, où chaque silhouette se change en cible et où surgira un squelette datant de la guerre civile. Un peu plus jeune que ses deux amis, mais déjà usé, alcoolique, cynique, il lancera le premier l’idée, repoussée par les autres mais planant dans tous les esprits, d’une chasse à l’homme. Enfermés dans un machisme rugueux, José et Paco, eux, ne peuvent que constater la faillite de leur amitié. Représentant un peu borné de la "génération innocente" qui n’a pas connu cette guerre fratricide, le jeune Enrique est impatient de s’initier aux codes virils de ses aînés. Il découvrira avec horreur ce qu’ils cachent de violence, de frustration et de rapports de domination. Optant pour un noir et blanc splendidement photographié, Carlos Saura cape les moindres frémissements de personnages à la fois monstrueux et pathétiquement humains, et tourne autour d’eux tel un prédateur. Dans ce film en extérieur aussi étouffant qu’un huis clos, le cinéaste fait remarquablement monter la tension. Ce troisième long métrage, au ton plus personnel que les deux premiers, lui valut des ennuis avec la censure franquiste pour ses allusions directes à la guerre civile et sa peinture incisive de ceux qui l’avaient gagnée.


  • Réalisation :
    • Carlos Saura
  • Production :
    • Elías Querejeta Producciones Cinematográficas S.L.
  • Avec :
    • Violeta García (Carmen)
    • Fernando Sánchez Polack (Juan)
    • Emilio Gutiérrez Caba (Enrique)
    • José María Prada (Luis)
    • Ismaël Merlo
    • Alfredo Mayo
  • Pays :
    • Espagne
  • Année :
    • 1965