La Flor (1/4)

À suivre

211 min
Disponible du 01/05/2021 au 30/09/2021
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
Un film fou, fragmenté en six histoires indépendantes, reliées par quatre actrices, sur une durée de près de quatorze heures ! Au programme de ce premier volet : des mésaventures scientifiques et un duo de chanteurs récalcitrants.

La première partie de "La flor" se décompose en deux histoires. La première raconte les mésaventures de deux scientifiques travaillant dans un laboratoire d’archéologie, qui ont osé prélever les yeux d’une momie quechua… Les deux femmes vont alors se trouver confrontées à d’étranges événements, avant que l’une d’elles ne soit possédée par l’esprit de la dépouille millénaire… La seconde s’intéresse aux deux ex d’un couple séparé, enfermés dans les rancœurs, et sommés d’enregistrer un tube alors qu’ils refusent catégoriquement de partager le même studio de musique. Et pour complexifier la donne, une secte tente de s’emparer d’un élixir de jouvence, distillé à partir de venin de scorpion…

 

Délirant programme narratif

Sorti en salles en 2018, découpé en quatre parties, "La flor" regroupe en fait six histoires : quatre avec un début mais pas de fin, constituant les pétales, une cinquième au centre, comme un court métrage, figurant le pistil, et une sixième, dépourvue de commencement, faisant office de tige. Comme l’explique le réalisateur, "le premier épisode est une série B, comme les Américains avaient l’habitude d’en produire. Le second est un mélodrame musical avec une pointe de mystère. Le troisième est un film d’espionnage. Le quatrième, une mise en abîme du cinéma. Le cinquième revisite un vieux film français. Le sixième parle de femmes captives au XIXe siècle". Le projet est né de la rencontre du Mariano Llinas avec quatre comédiennes : Elisa Carricajo, Valeria Correa, Pilar Gamboa et Laura Paredes, fondatrices d’une troupe, La piel de lava (“La peau de lave”), où elles échangent fréquemment les rôles. Subjugué après les avoir vues sur scène, le cinéaste a imaginé ce film-fleuve (près de 14 heures) au tempérament féministe, dynamitant les conventions et les standards les plus extrêmes. Avec l’inconscience d’un fou et d’un poète, le cinéaste argentin a ainsi élaboré un délirant programme narratif se déployant comme la fleur de son titre original, donnant une large palette de rôles à quatre comédiennes inconnues, dont les multiples personnages prennent plaisir à faire dérailler des machines bien huilées.


  • Réalisation :
    • Mariano Llinas
  • Scénario :
    • Mariano Llinas
  • Production :
    • El Pampero Cine, Universidad del Cine
  • Avec :
    • Pablo Seijo (Gatto)
    • Esteban Lamothe (le “gaucho touristique”)
    • Laura Paredes (Lucia Conti/Flavia...)
    • Pilar Gamboa (Victoria/Theresa/la comtesse Grinecka...)
    • Valeria Correa (Yanina/Andrea Nigro/une enfant..)
    • Elisa Carricajo (Marcela/Isabella/l’agent 50/une actrice...)
  • Pays :
    • Argentine
  • Année :
    • 2018