TracksL’appropriation culturelle dans la culture pop

31 min
Disponible du 25/02/2021 au 25/02/2022
Version françaiseVersion originale
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Katy Perry en reine d’Egypte, Adèle s’affichant avec des tresses africaines… Les artistes, pour la plupart blancs, sont souvent accusés d’appropriation culturelle lorsqu’ils s’emparent sans vergogne d’éléments empruntés à des cultures discriminées pour mieux booster leur image. "Tracks" se penche sur ce débat qui agite actuellement le monde de la culture pop.

Depuis quelques années, l’accusation d’appropriation culturelle revient sans cesse dans le monde de la culture pop. De Katy Perry s’affichant en reine d’Egypte à Adèle arborant des tresses africaines, les artistes, pour la plupart blancs, sont régulièrement soupçonnés de s’emparer sans vergogne d’éléments empruntés à des cultures discriminées pour mieux booster leur image. Avec Robert Glasper, Ijoma Mangold, Felwine Sarr, Jon Batiste et bien d’autres encore, "Tracks" revient sur la longue histoire de l’appropriation culturelle dans la pop et présente des artistes qui tentent de trouver un juste équilibre entre hommage sincère et appropriation.

L’appropriation culturelle en musique
Elvis est-il vraiment le King of Rock’n’Roll ? Qui touche in fine le jackpot quand de grands hymnes soul sont entonnés ? Et que doivent garder à l’esprit les Européens blancs qui font leur business avec du reggae ou du hip-hop ? Avec des artistes comme Ade Bantu, Sister Sledge, Robert Glasper, Jon Batiste, Denyo et Disarstar, Tracks revient sur l’histoire de l’appropriation culturelle en musique.

Pillage et restitution
Le pillage des œuvres d’art est une autre forme d’appropriation culturelle. Alors que plus de 90 % des trésors artistiques et culturels de l’Afrique précoloniale se trouvent en Europe, les demandes de restitution se font de plus en plus pressantes. Le militant congolais Mwazulu Diyabanza et le collectif artistique allemand Frankfurter Hauptschule ont décidé de prendre les choses en main. Car il n’est plus possible de temporiser, comme l’expliquent l’historienne de l’art Bénédicte Savoy et l’économiste Felwine Sarr.

Don’t steal my moves! Voguing et appropriation culturelle
Impossible d’échapper au voguing. Depuis Madonna et son tube Vogue, cette danse est un incontournable pour les stars planétaires comme Aya Nakamura, Miley Cyrus ou Ariana Grande. Une omniprésence qui ne présente pas que des avantages pour les adeptes de ce courant. Partie intégrante de la culture ballroom, le voguing constitue aussi un refuge sûr pour les personnes queer qui n’ont pas la peau blanche. Car le voguing est bien plus qu’une simple danse estampillée cool, comme en témoignent Lasseindra Ninja, Sophie Yukiko, Vinii Revlon et Rheeda LaDurée.


  • Pays :
    • Allemagne
  • Année :
    • 2021