Daniel Barenboim joue BeethovenFestival de Salzbourg 2020

98 min
Disponible du 28/08/2020 au 22/11/2020
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
A l’âge de sept ans, Daniel Barenboim donne son premier concert public en Argentine le 19 août 1950. 70 ans plus tard jour pour jour, il interprète la Sonate n° 31 et les Variations Diabelli de Beethoven sur la scène du Grand Théâtre du Festival de Salzbourg.

Il y a 70 ans jour pour jour, le 19 août 1950, Daniel Barenboim se produisait pour la première fois en public en Argentine. Il a alors sept ans. Quatre ans plus tard, à l’été 1954, il suit les masterclasses de direction d’orchestre d’Igor Markevitch à Salzbourg avant de faire ses débuts officiels au festival comme pianiste en 1965. Depuis lors, l’artiste entretient une relation intense et particulière avec la ville de Mozart. Il n’est donc pas surprenant qu’il y célèbre maintenant ses 70 ans de scène. Au programme de ce récital, deux œuvres d’un compositeur qui l’a également accompagné tout au long de sa vie musicale : Ludwig van Beethoven, dont les Variations Diabelli et la Sonate pour piano n° 31 seront jouées au Grand théâtre.

Au programme :

Ludwig van Beethoven
Sonate pour piano n° 31 en la bémol majeur opus 110
Trente-trois variations sur un thème de valse d’Anton Diabelli, opus 120 dites les Variations Diabelli

Beethoven et son œuvre - opus 110
Lorsqu’il se consacre à la composition de son avant-dernière sonate, Beethoven accumule les problèmes de santé : il parvient tout de même à se relever d’une jaunisse et d’un accès de rhumatisme articulaire aigu. Fait rare, il ne précise aucune dédicace à cette sonate, sans doute comme un remerciement adressé à Dieu pour son rétablissement.

Beethoven et son œuvre - opus 120
Le génie de Beethoven écrase-t-il ses contemporains ? Anton Diabelli, pianiste, compositeur, élève de Michael Haydn a pu en juger. En 1819, pour promouvoir sa maison d’édition, il lance un défi aux compositeurs autrichiens : écrire des variations sur une valse de sa main. En compétition : Czerny, encore le fils de Mozart et même Liszt (qui n’a que 9 ans !). Après avoir évacué la valse banale de Diabelli, Beethoven se lance dans une imitation des maîtres du passé, de ses confrères et va même jusqu'à se parodier lui-même dans la variation n°31. Total K.O.
(Séverine Garnier)


  • Avec :
    • Daniel Barenboim (Piano)
  • Pays :
    • Allemagne
  • Année :
    • 2020