28 minutes36 ans, pas d’enfant / États : dépenser toujours plus ? (15/04/2021)

44 min
Disponible du 15/04/2021 au 14/06/2021
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Chloé Chaudet a décidé de ne pas être mère. La maîtresse de conférences en littérature générale et comparée nous parle des injonctions faites aux femmes et de la pression sociale autour de la maternité. / Biden investit massivement, Macron prolonge son "quoi qu’il en coûte" : face à la crise, l’État peut-il dépenser toujours plus ?

36 ans, et surtout pas d’enfant
Chloé Chaudet n’a pas d’enfant et n’en souhaite pas. Pour le dire haut et fort, la maîtresse de conférences en littérature générale et comparée sort un livre au titre clair et exhaustif : "J’ai décidé de ne pas être mère" aux éditions de l'Iconoclaste. Elle y soulève toutes les injonctions et la pression sociale autour de la maternité. Une femme accomplie n'est pas nécessairement une mère et pour l'écrivaine, cela ne reste pas une évidence en France. "Je voudrais juste que le refus d’enfanter soit envisagé comme un choix possible (...). Or, c’est vécu comme un mauvais choix, un choix qui empêche l’accomplissement des femmes : les femmes sans enfants ne sont-elles pas désignées comme des nullipares ?" Chloé Chaudet est notre invitée.
 
Biden investit massivement, Macron prolonge son "quoi qu’il en coûte" / Face à la crise, l’État peut-il dépenser toujours plus ?
"Quoi qu'il en coûte" : l'État dépense sans compter pour soutenir l'économie face à la crise et aux restrictions sanitaires. Mais la dette française s'envole et le déficit public atteint un creux inédit depuis 1949. À l'international, le plan de relance puis le plan d’investissement de Joe Biden ravivent le débat macro-économique. Le Congrès américain a adopté mercredi un montant vertigineux : 1 900 milliards de dollars pour doper la reprise nationale. Le Fonds Monétaire International espère, lui, "des retombées positives pour la croissance mondiale" en envisageant plus d'un point de croissance au PIB mondial. Du côté des économistes, certains redoutent une surchauffe de l’économie américaine. La "gratuité" actuelle de l’endettement nous incite-t-elle dangereusement à ouvrir les vannes ? Finirons-nous par régler la facture sous forme d’augmentation d’impôts ?


  • Présentation :
    • Élisabeth Quin
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2021