House of Cards - Saison 1 (4/4)

57 min
Disponible du 12/02/2021 au 31/10/2021
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

La conquête du pouvoir par un homme au charme vénéneux. Portée par Ian Richardson en vilain prêt à tout, un thriller politique mené tambour battant, largement primé à sa sortie. Quatrième épisode : Francis Urquhart parviendra-t-il à éliminer ses derniers adversaires pour prendre la tête du gouvernement ?

 À l'approche de l'élection du Premier ministre, Urquhart se montre de plus en plus impitoyable. Il doit éliminer chacun de ses rivaux, mais rien ne garantit qu'il sera victorieux. Dans le même temps, Mattie commence à voir clair dans le piège qui avait été tendu à Collingridge, ce qui la plonge dans un profond désarroi. Urquhart, lui, est prêt aux pires agissements pour parvenir à ses fins…

Monstre machiavélique
Dès les premières images, le spectateur est saisi d’effroi face au regard caméra de Francis Urquhart, le "whip en chef" du parti conservateur anglais, celui qui, au sens figuré, dirige au fouet (whip) les membres de son parti pour les faire voter d’une seule voix. Jusqu’où ce monstre machiavélique, souriant mais sans cœur, ira-t-il pour donner réalité à ses rêves de pouvoir ? Car c’est bien de cela dont il est question : "Peu importe le pays dans lequel l’histoire se situe. Elle traite avant tout du pouvoir et des êtres, de ce qui les motive et de la manière dont ils basculent vers le mal pour l’obtenir", analyse Michael Dobbs, auteur du roman à succès House of Cards dont est tirée la série et qui conseilla aussi l’impitoyable Margaret Thatcher. Comme Laurence Olivier dans Richard III de Shakespeare, film dont s’est inspiré le scénariste Andrew Davies (Raison et sentiments, Le journal de Bridget Jones) pour créer la série, Francis Urquhart, interprété avec talent par le regretté Ian Richardson (Sherlock Holmes), partage avec le spectateur son humour sardonique et ses pensées les plus intimes. À l’instar du roi sanguinaire, il excelle dans la manipulation, particulièrement des jeunes femmes, qu’il instrumentalise, épaulé par sa fidèle épouse, une Lady Macbeth moderne. À rebours du remake de David Fincher, la version originale, resserrée sur quelques épisodes, distille un âpre concentré de suspense et de rebondissements à un rythme diabolique. Une pépite anglaise qui a inspiré depuis d’autres grands thrillers politiques, comme Borgen qui retrace cette fois la conquête du pouvoir par une femme.


  • Producteur/-trice :
    • Ken Riddington
  • Avec :
    • Ian Richardson (Francis Urquhart)
    • Susannah Harker (Mattie Storin)
  • Auteur :
    • Andrew Davies
  • Distributeur :
    • BBC Studios France
  • Pays :
    • Royaume-Uni
  • Année :
    • 1990