Leonard Bernstein dirige BeethovenVersion pour orchestre du Quatuor à cordes op. 135

35 min
Disponible du 15/03/2020 au 14/09/2020
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Le Seizième Quatuor à cordes (opus 135) de Beethoven se prête idéalement à une transcription pour un orchestre à cordes au grand complet. En 1989, l’Orchestre philharmonique de Vienne interprétait cette œuvre sous la direction de Leonard Bernstein au Musikverein.

Beethoven et son œuvre - opus 135
Même très malade, Beethoven ne perd pas son humour musical. Chaque fois que Madame Schnaps, sa servante, se rend au marché, elle lui réclame de l’argent avec cette expression « Il le faut » (« Es muss sein »). Elle sait que son maître n’aime pas dépenser... Pour se moquer, Beethoven écrit un canon intitulé « Es muss sein ». Sur le manuscrit de son dernier quatuor à cordes, l’opus 135, il reprend ce canon sous forme de question/réponse : « Le faut-il ? Il le faut ! » (Muss es sein ? Es muss sein !)
(Séverine Garnier)

Evoquant le Seizième Quatuor à cordes de Beethoven, Leonard Bernstein estimait que seules les cordes de l’Orchestre philharmonique de Vienne étaient à même de venir à bout avec maestria de cette version orchestrale. Selon Bernstein, chaque musicien était un véritable soliste. Beethoven a composé cette œuvre en 1826, six mois avant sa mort. Il s’agit là de la dernière partition achevée par l’immense compositeur.

L’interprétation par le chef américain s’apparente à un hommage à son mentor Dimitri Mitropoulos auquel il avait succédé en 1958 à la tête de l’Orchestre philharmonique de New York. Mitropoulos avait été le premier à diriger une version pour orchestre de ce quatuor à cordes de Beethoven.

Le concert de Bernstein a été très bien accueilli par la presse qui voyait tout simplement en lui « le meilleur chef du moment », pointant « sa volonté et celle de l’orchestre de donner à entendre cette œuvre difficile de Beethoven ». Et les critiques de saluer un succès total dans « une œuvre passionnante, qui ne ressemblait à rien de ce qu’on avait pu entendre jusque-là ».


  • Direction musicale :
    • Leonard Bernstein
  • Orchestre :
    • Wiener Philharmoniker
  • Pays :
    • Allemagne
  • Année :
    • 2019