Andris Nelsons dirige Beethoven et Rimski-KorsakovFestival de Lucerne 2011

À suivre

110 min
Disponible du 15/03/2020 au 14/09/2020
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

L’Ouverture Les Ruines d’Athènes et le Cinquième Concerto pour piano de Beethoven sont les œuvres phare de ce concert donné en 2011 au Festival de Lucerne par l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam avec le chef Andris Nelsons. Le soliste était le pianiste israélo-américain Yefim Bronfman. Egalement au programme : des œuvres de Rimski-Korsakov, Dvořák et Chopin.

Beethoven et son œuvre - opus 73
1809 : l’occupation de Vienne par les troupes napoléoniennes réveille le patriotisme de Ludwig. En marge du manuscrit du concerto n°5 pour piano (surnommé à tort "L'empereur" par un éditeur français alors qu’il est dédié à l’archiduc Rodolphe), il note « Auf die Schlacht Jubelgesang ! » (Chant de triomphe pour le combat), « Angriff ! » (Attaque !), « Sieg ! » (Victoire !).

Beethoven et son œuvre - opus 113
Le 23 mai 1814, Beethoven fait entendre aux Viennois la troisième version de son opéra Fidelio. Il a passé dix ans à remanier l’œuvre mais, comble de l’ironie, il n’a pas pu finir l’ouverture de l’opéra. Qu’à cela ne tienne ! Il fait jouer à la place une autre ouverture symphonique : les Ruines d’Athènes.
(Séverine Garnier)

Andris Nelsons est un des chefs d’orchestre les plus remarquables de sa génération. En 2006, ce jeune homme alors âgé de 28 ans perçait sur la scène internationale en dirigeant la Tétralogie de Wagner à l’Opéra de Riga.

En 2011, il était invité à diriger l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam au Festival de Lucerne. Avec l’ouverture de la musique de scène Les ruines d’Athènes et le Cinquième Concerto pour piano, la première moitié du concert est entièrement consacrée à Ludwig van Beethoven. Au programme de la seconde partie : Shéhérazade de Rimski-Korsakov.

Yefim Bronfman, le soliste du concerto pour piano, convainc par sa maîtrise et son jeu à l’enthousiasme communicatif. Il s’empare littéralement de cette œuvre si souvent jouée qui accède sous ses doigts à une fraîcheur inédite. Andris Nelsons impressionne surtout par sa capacité à moduler les timbres. Avec lui, l’orchestre n’est jamais massif, mais toujours transparent.

Programme :
Ludwig van Beethoven : Ouverture Les Ruines d’Athènes op. 113
Ludwig van Beethoven : Cinquième Concerto pour piano et orchestre op. 73
Frédéric Chopin : Etude n° 8 op. 10
Nikolaï Rimski-Korsakov : Shéhérazade, suite symphonique op. 35
Antonin Dvořák : Danse slave n° 3 op. 46


  • Avec :
    • Yefim Bronfman (piano)
  • Direction musicale :
    • Andris Nelsons
  • Orchestre :
    • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Pays :
    • Allemagne
  • Année :
    • 2019