Les Lieder de Beethoven (III) à la Folle Journée

51 min
Disponible du 13/03/2020 au 31/01/2021
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Trois artistes concluent l’intégrale des Lieders de Beethoven débutée cette année à la Folle Journée : le baryton Stephan Genz, le baryton-basse Edwin Crossley-Mercer et le pianiste Yoan Héreau. Au programme donc de ce concert, un trio pour six Lieder.

Beethoven et son œuvre - opus 48
Beethoven perd tout espoir de guérison de sa surdité. Il part à la recherche d’un Dieu miséricordieux. Les poèmes de Christian Fürchtegott Gellert l’aident à ne pas « maudire le Créateur ». Il met en musique ces textes intitulés « L’amour du prochain », « La Gloire de Dieux à travers la Nature » ou simplement « Prier ». Persuadé du pouvoir consolateur de la musique, il dédié ce cycle au Comte von Browne qui vient de perdre sa femme.

Beethoven et son œuvre - opus 46
« Ton ami erre esseulé dans le jardin printanier", dit le poème de Matthisson... Au milieu des années 1790, Beethoven fait une demande en mariage à la chanteuse Magdalena Willmann qui refuse. Ludwig a fait sa demande sans s’assurer des sentiments de son "Adelaïde" qui le trouve « trop laid et à demi toqué ».

Beethoven et son œuvre - opus 94
1812. Alors que parait le lied « A l’espoir » (« An die Hoffnung »), Franz et Antonie Brentano quittent Vienne. Le départ de ses « seuls amis véritables », plonge Beethoven dans une profonde dépression qui dura six mois.

Beethoven et son œuvre - opus 52
Le 29 mars 1827, l’oraison funèbre de Beethoven clamera : « Le héros du vers en langue allemande (Goethe) vit encore – et puisse-t-il vivre encore longtemps. Mais le dernier maître du chant sonore… l’héritier des gloires immortelles de Haendel, de Bach de Haydn et de Mozart, celui-là a vécu. »

Beethoven et son œuvre - opus 83
Thérèse von Malfatti a refusé la demande en mariage de Beethoven. « Je vous souhaite toutes les bonnes et belles choses de cette vie. Gardez-moi en mémoire – personne ne peut vous souhaiter une vie plus lumineuse et plus heureuse que moi – même si vous ne vous en souciez pas du tout. Votre dévoué serviteur et ami Beethoven. »

Beethoven et son œuvre - opus 98
Les 6 et 7 juillet 1812, Ludwig écrit trois lettres à son « immortelle bien-aimée »… sans la nommer ! Qui était-elle ? Giulietta l'italienne manipulatrice ? Antonie, la femme de Franz Brentano, grand ami et mécène du compositeur ? La très belle mais dédaigneuse Joséphine von Brunsvik que Beethoven « aimait tant » selon les souvenirs de Thérèse, la sœur de Joséphine ? Ou peut-être un amour imaginaire…
(Séverine Garnier)

Six œuvres sont en effet au cœur de ce concert : An die ferne Geliebte (traduisez "À la Bien-aimée lointaine", créé en 1816 et dédiée au prince mélomane Joseph Franz von Lobkowitz), An die Hoffnung ("À l’espérance", élaboré en 1805 en hommage à la comtesse Josephine Deym), Sechs Lieder von Gellert (six œuvres dédiées au comte Johann Georg von Browne et composées entre 1801 et 1802), Trois Lieder, Mailied et Adelaide (le premier Lieder composé par Beethoven, alors âgé de ving-cinq ans).

Programme :

Beethoven -  Sechs Lieder von Gellert Op. 48

Beethoven -   Der Liebende

Beethoven -  Adelaide Op. 46


Beethoven -   An die Hoffnung Op. 94

Beethoven -   Mailied Op. 52 n°4

Beethoven -  Drei Gesänge Op. 83

Beethoven -  An die Ferne Geliebte Op. 98 


Concert capté le 1er février 2020 à la Folle Journée de Nantes.


  • Réalisation :
    • Francois-Rene Martin
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2020