Au Yémen, les civils affamés par le blocus

4 min
Disponible du 17/09/2019 au 19/09/2022
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
Première étape de notre enquête : le Yémen. Le 3 septembre, l’ONU a publié un rapport sur le conflit yéménite. Il fait état de la "multitude de crimes de guerre" commis par les diverses parties depuis le début du conflit : "personne n’a les mains propres dans ce conflit". La France non plus : d’après les experts de l’ONU, elle "influence ou peut apporter un soutien aux parties dans ce conflit", notamment à travers ses "transferts d’armes".
#Frencharms une enquête initiée par le média néerlandais indépendant Lighthouse reports en coopération avec Disclose et le soutien d’ARTE, Bellingcat, Mediapart et Radio France.

Le Yémen est frappé par l’une des plus graves crises humanitaires au monde. Plus de 20 millions de Yéménites sont en insécurité alimentaire, dont près de 10 millions au bord de la famine. Près de deux millions d’enfants sont en sous-nutrition et 400 000 sont considérés comme gravement malades.Les causes de la crise sont nombreuses : vous pouvez consulter en détail notre précédente enquête pour en prendre la mesure. Ce qui a considérablement détérioré cette situation est le blocus mis en place par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. En août 2018, l’ONU a publié un rapport pour dénoncer les crimes de guerre commis par les belligérants de ce conflit : "l'utilisation de la famine des civils comme méthode de guerre est un crime de guerre". En raison du blocus, les médicaments ne parviennent plus aux hôpitaux yéménites. Cela affecte gravement la population. Le choléra se propage, en particulier chez les mineurs. Cette stratégie de la famine menée par les Saoudiens et les Émiratis est possible grâce aux navires et aux équipements “made in France”.

  • Journaliste :
    • Maud Jullien
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2019