Enslaved au Summer Breeze Open Air Festival 2019

44 min
Disponible du 04/12/2019 au 02/03/2020
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
Ce n’est un secret pour personne, Enslaved ne met pas les pieds sur n’importe quelle scène. Alors quand les Norvégiens sont à l’affiche, il y a fort à parier que bon nombre de festivaliers les mettent sur leur liste perso des groupes à ne pas rater. Preuve en est : leur concert a fait le plein et peut se targuer d’une setlist efficace, avec une dose de surprise. 
En amuse-bouche, Enslaved entonne « Ethica Odini », issu d’un album de 2010 portant presque le même nom. Ce viking metal progressif flatte l’ouïe, la brutalise parfois, mais reste toujours envoûtant. Sur le plan visuel, heureux hasard ou scénographie travaillée, l’éclairage des arbres en arrière-plan s’harmonise avec les jeux de lumière sur scène, tout d’abord dans des tons rouge orangé. Les passages plus lents entrent tout particulièrement en résonance avec le décor, surplombé d’une lune presque pleine et tout aussi captivée par le show du groupe norvégien. A chacune de ses interventions, la voix claire du claviériste Håkon Vinje sublime le concert, telle une trouée dans une atmosphère enveloppante. Le morceau « Roots Of The Mountain » de l’album Riitiir (2012) arrive à point nommé, avant une rapide annonce du titre le plus récent de la soirée (« Sacred Horse »). Une nouveauté qui marque un changement d’ambiance : sur scène, comme en arrière-plan, les couleurs laissent place à l’obscurité. Ce rafraîchissement soudain, dans tous les sens du terme, fait monter la tension, sonnant comme un présage. Et le clou de la soirée ne se fait pas attendre, marquant une rupture dans ce show équilibré du début à la fin : Enslaved s’apprête à jouer un titre de l’opus Below The Lights qui est rarement donné en live. Dès les premières notes de « Havenless », la frénésie s’empare du public qui réagit avec force applaudissements, quelques cris de joie et beaucoup de cheveux ondoyants. Ceux qui ne connaissaient pas ce morceau épique en avaient très certainement déjà entendu l’intro… dans le documentaire Metal : voyage au cœur de la bête. Il a en tout cas apporté la confirmation que la T-Stage accueillait bien ce soir-là un groupe incontournable. Pour clore sa performance, Enslaved nous a ramené en 1992, avec un titre émotionnel issu d’une démo, « Allfáðr Oðinn ».

  • Pays :
    • Allemagne
  • Année :
    • 2019