MATANGI/MAYA/M.I.A. - Réfugiée, activiste et popstar

97 min
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE
A travers ses propres journaux, M.I.A. se raconte. Une fenêtre ouverte sur la vie d'une artiste complète, pop-star mondialement connue et activiste politique acharnée.
Matangi Arulpragasam, Maya pour ses amis et M.I.A. pour ses légions de fans, se destinait à un avenir de documentariste. Diplômée d'école d'art en 1996, elle arrive en Angleterre en 1985, à l'âge de 10 ans, après que sa famille eut fui le Sri Lanka, ravagé par la guerre civile. Son père, Arul Pragasam, ingénieur, écrivain et activiste, a fondé le Mouvement de résistance tamoule, qualifié de terroriste par le gouvernement sri lankais. La musique qu’elle entend filtrer d'un appartement voisin (en l’occurrence du hip-hop) constituera son premier lien avec l'identité occidentale. Elle réalise le clip du single “Mad Dog” du groupe de rock Elastica et un documentaire sur la tournée américaine du groupe. À 29 ans, elle retourne au Sri Lanka armée de sa caméra, pour filmer le quotidien de ses proches et sensibiliser le public aux problématiques politiques de son ethnie. Son premier disque, conçu sur "une beat machine à 300 dollars" avec l'aide de petits producteurs londoniens, se vendra à plus de 100 000 copies et sera téléchargé plus d'un million de fois. En 2009, alors que le tube "Paper Planes" est sur toutes les lèvres, la situation au Sri Lanka tourne au massacre. Les médias préférant cantonner M.I.A. à son rôle de pop-star, elle décide de tourner un clip faisant référence à ce qu'elle qualifie de génocide, remplaçant les tamouls par… des roux. La vidéo récoltera plus de trois millions de vues sur Youtube.

Identités indissociables
"Pourquoi est-ce que tu ne la fermes pas et produit un hit ?" C'est M.I.A. elle-même qui parle, caricaturant les questions des journalistes et les attentes des producteurs. Steve Loveridge, son plus proche ami – ils se sont rencontrés en école d'art – et réalisateur du documentaire, brosse un portrait mêlant les trois identités indissociables de la star : Matangi, l'enfant sri lankaise fuyant la guerre ; Maya, la réfugiée au contact du monde occidental ; et M.I.A., la superstar, qui ne s'excuse plus d'être ce qu'elle est. Nourrie d'images d'archives tournées par la jeune femme en Angleterre et au Sri Lanka, une réflexion passionnante sur l'engagement politique d'une artiste, à travers (et malgré) son immense renommée.

  • Pays :
    • Royaume-Uni
  • Année :
    • 2018