28 Minutes samediAvec Aïssa Maïga (18/01/2020)

Lecture automatique

À suivre

44 min
Disponible du 18/01/2020 au 18/03/2020
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

L'actrice Aïssa Maïga est à l'affiche de la série "Escale fatale", diffusée sur ARTE, et du documentaire "Pygmalionnes", qui sort en salles. Elle pose son regard sur l'actualité : le procès du père Preynat pour agressions sexuelles sur mineurs et l'omerta au sein de l'Église, puis les primaires démocrates aux États-Unis, où un leader a bien du mal à émerger entre Elisabeth Warren et Bernie Sanders.

Le samedi, "28 Minutes" continue avec Renaud Dély aux manettes ! En compagnie des journalistes Hélène Roussel et Jean-Mathieu Pernin, il reçoit cette semaine l'actrice et réalisatrice Aïssa Maïga. Elle sera prochainement sur le petit et le grand écran, dans la série "Escale fatale", diffusée sur ARTE, puis dans le documentaire "Pygmalionnes" de Quentin Delcourt, en salles le 22 janvier. Découvrez le portrait de notre invitée fil rouge, sous la plume de Philippe Ridet.

Ensemble, ils décryptent les actualités qu’il ne fallait pas manquer cette semaine : le procès du père Preynat pour agressions sexuelles sur mineurs et l'omerta au sein de l'Église, puis les primaires démocrates aux États-Unis, où le camp a bien du mal à faire émerger un leader entre Elisabeth Warren et Bernie Sanders. Sans oublier le limogeage d’un éboueur après la publication sur Internet, à son insu, d’un cliché le montrant allongé devant une vitrine parisienne, que Marie Bonnisseau nous raconte avec sa photo de la semaine.

Pour le débat, Omar Ouahmane nous explique le rappel à l’ordre du gouvernement face aux violences policières. Après plusieurs dérapages, lors de manifestations ou d'interpellations, l'exécutif appelle les forces de l'ordre à "l’exemplarité" et cherche à améliorer la déontologie de la police. Face aux débordements, la police française est-elle trop violente ?

Comme chaque samedi, Gaël Legras s'en va voir ailleurs de quoi parlent les médias, aux quatre coins du monde. Cette semaine, direction la Suisse où douze activistes climatiques ont été jugés puis relaxés pour avoir joué une partie de tennis dans les locaux du Crédit Suisse, une banque qui investit dans les énergies fossiles et sponsorise Roger Federer.

Enfin, David Castello-Lopes répond à une question toujours intéressante : qu’est-ce qui fait que l’on donne des pourboires ? C’est l’interrogation du jour.


  • Présentation :
    • Élisabeth Quin
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2020