28 MinutesLa vie après les électrochocs / L'Europe plus verte ? (12/12/2019)

Lecture automatique

À suivre

46 min
Disponible du 12/12/2019 au 10/02/2020
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Victime de troubles psychiques graves, Marc Grinsztajn a subi des séances d'électrochocs. Depuis, il a des trous de mémoire qui rendent son quotidien très compliqué. Il témoigne dans "Chocs" / Proposé par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le "Pacte vert" vise à faire de l’Union européenne le premier continent à adopter l’objectif de neutralité carbone en 2050.

Après une cure d'électrochocs, la vie sans mémoire
"Pendant plus de cinquante ans, j’ai été mélancolique. […] Depuis ce demi-siècle, je suis amnésique." Victime de troubles psychiques graves, et après deux tentatives de suicide, Marc Grinsztajn est interné pendant six mois à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre en 2013, où il subit une éléctroconvulsivothérapie (ECT) : des électrochocs. Depuis, il a des trous de mémoire qui rendent son quotidien très compliqué. Oublis du numéro de sa Carte bleue, du code de son immeuble, de tous ses mots de passe, Marc Grinsztajn a également perdu sa mémoire visuelle. Il ne se souvient plus des rayons du supermarché d’une fois sur l’autre, ni des personnes croisées dans la rue le matin même. Devenu très critique vis-à-vis de la psychiatrie, il témoigne de son expérience dans "Chocs", paru chez Grasset.

La Commission européenne a présenté son "pacte vert" : l’Europe, fer de lance d'une mondialisation écologique ?
Mercredi 11 décembre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a détaillé les propositions de son "Pacte vert", une feuille de route climatique destinée à faire de l’Union européenne le premier continent à adopter l’objectif de neutralité carbone en 2050. Il prévoit de créer une "taxe carbone" aux frontières de l’Europe en 2021, afin d’éviter la concurrence déloyale. La Commission souhaite également revoir les objectifs que s'est fixés l'Union européenne en matière d'émissions de gaz à effet de serre. À l’horizon 2030, elles devraient être réduites non plus de 40%, mais de 50%, selon les prévisions du pacte. Mais nombre de pays européens et du reste du monde se montrent encore frileux voire critiques envers ces propositions. L’Europe peut-elle imposer ses normes au reste du monde ? On en débat dans "28 Minutes".


  • Présentation :
    • Élisabeth Quin
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2019