28 MinutesElia Suleiman / Faut-il boycotter la Chine ? (26/11/2019)

44 min
Disponible du 26/11/2019 au 25/01/2020
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Le réalisateur palestinien Elia Suleiman présente son nouveau film, "It must be heaven", son quatrième long métrage en près de trente ans de carrière / En Chine, un million de personnes seraient internées de force par le régime dans la région du Xinjiang, selon les terribles révélations qui ressortent des "Xinjiang Papers". Comment l’Europe doit-elle réagir ? On en parle avec nos invités du débat.

Le regard allumé sur le monde d’un Palestinien en exil
"It must be heaven" est le quatrième long métrage d’Elia Suleiman en près de trente ans de carrière. Mais la lenteur semble porter ses fruits car trois de ses films ont été primés à Cannes et à Venise, dont le fameux "Intervention divine". Souvent comparé à Buster Keaton, Nanni Moretti ou encore Jacques Tati, Elia Suleiman est un réalisateur cosmopolite : né à Nazareth, la plus grande ville arabe d’Israël, il se considère comme palestinien, a forgé sa cinéphilie à New York où il a vécu quatorze ans, et réside depuis dix-sept ans à Paris avec son épouse libanaise, la chanteuse Yasmine Hamdan. Elia Suleiman est notre invité.

Un million de Chinois internés de force par le régime : faut-il boycotter la Chine ?
En Chine, un million de personnes seraient internées de force par le régime dans la région du Xinjiang. Ce sont les terribles révélations qui ressortent des "Xinjiang Papers", 400 pages de documents internes chinois transmis au "New York Times" et mis en ligne le 16 novembre dernier, sur la répression contre la minorité musulmane ouïgoure et les camps de "rééducation". Le 24 novembre, dix-sept autres médias révèlent une enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), les "China Cables", qui corroborent ces données. Rétention arbitraire, conditions de détentions extrêmes, autocritiques et lavage de cerveau... Ces camps ont été mis en place en 2017, et au moins un million de Ouïgours, sur une population totale de 11,5 millions, et d’autres membres de minorités musulmanes, y auraient été enfermés, selon le décompte d’ONG repris par l’ONU. Le gouvernement chinois a qualifié les documents de "pure invention" et de "fake news". Comment la France et l’Europe doivent-ils réagir ? On en parle avec nos invités du débat.


  • Présentation :
    • Élisabeth Quin
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2019