Un air de déjà-vuLes albums posthumes

31 min
Sous-titrage malentendant
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

En art, tout se recycle, rien ne se perd. Philippe Collin retrace la généalogie artistique des prétendues nouveautés de la saison culturelle. Dans ce premier numéro : Les albums posthumes, de Johnny Hallyday à David Bowie - L’art de l’autodestruction, d'Arman et Gustav Metzger à Banksy - Les biopics musicaux, de "Bohemian Rhapsody", sur la vie de Freddie Mercury, à "Rocketman", sur celle d'Elton John.

Notre fringante actualité culturelle n'aurait-elle pas un air de déjà-vu ? Des royalties post-mortem de Johnny à la figure de l'écrivain clivant, des garçonnes de la pop au clip de Beyoncé et Jay-Z au Louvre, cette émission se saisit de temps forts de la saison culturelle 2018-2019 et montre que toute nouveauté, sans être exempte d'originalité, s'inscrit dans une tradition ou une lignée artistique. Une généalogie de la création, entre influences assumées, radicalisées ou niées.

Les albums posthumes
En 2018, un an après sa disparition, Johnny Hallyday bat ses propres records de vente avec l’album Mon pays c’est l’amour. Mais le business du disque posthume ne date pas d’hier : il y a belle lurette qu’aucun artiste bankable n’est assuré de reposer en paix.

L’art de l’autodestruction
Le 5 octobre 2018, une œuvre du street artist Banksy s’autodétruit à l’instant précis où elle est vendue près de 1,2 million d’euros aux enchères. Mais depuis quand tout casser, c’est aussi créer ?

Les biopics musicaux
Bohemian Rhapsody, sur la vie de Freddie Mercury, puis Rocketman, sur celle d'Elton John, ont monopolisé les écrans, gagné des prix et fait un carton au box-office. L'occasion d'étudier les ficelles du biopic, genre presque aussi vieux que le septième art.


  • Réalisation :
    • Philippe Collin
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2019