Parlement franco-allemand : premier acte !

Europe et hop ! - 25/03/2019

4 min
Disponible du 25/03/2019 au 27/03/2030
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Aujourd’hui, Europe et hop commence avec le coup d’envoi de l’assemblée franco-allemande à Paris, avant de partir pour la Roumanie, qui pourrait bien suivre les pas de Donald Trump et déménager son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem. Retour ensuite à Strasbourg où les eurodéputés s’apprêtent à voter une législation sur les recours collectifs au niveau européen. Et nous clôturons ce journal par le Brexit et… Tinder.

Bonjour, c’est parti pour votre dose quotidienne d’actu européenne. Et cette semaine, on commence par du franco-allemand !

Parlement franco-allemand

A Paris, c’est le coup d’envoi du nouveau parlement franco-allemand. Pour la composition, Paris et Berlin ont fait fifty-fifty : 50 députés français, 50 députés allemands.  Le but : faire des propositions concrètes sur les problématiques transfrontalières, par exemple sur la défense, l’harmonisation fiscale, le réchauffement climatique, les transports… ou encore la politique européenne, pour mieux coordonner la mise en œuvre des directives de l’UE. Ce parlement est l’une des mesures du traité de coopération franco-allemand signé en janvier. Selon le texte, il doit siéger 2 fois par an, alternativement à Paris et à Berlin. Mais, et c’est une sacrée limite : il ne peut pas prendre de mesures « contraignantes ».

Déménagement ?

La Roumanie sera peut-être le premier pays européen à déménager son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem… et à marcher dans les pas de Donald Trump. En visite à Washington, la Première ministre roumaine a promis de prendre cette décision qui risque de lui valoir les foudres de ses voisins européens.  Mais cette promesse pourrait être difficile à tenir, car le Président roumain refuse ce déménagement. Klaus Iohannis affirme ne pas avoir été mis au courant de cette décision et s’y oppose fermement. Et il n’est pas question de faire le moindre carton sans son accord.

Recours collectif

Là, ce serait un pas de plus dans la protection des consommateurs. A Strasbourg, les parlementaires européens doivent adopter demain une législation autorisant les recours collectifs. En gros, ces recours doivent permettre aux victimes de pratiques illégales d’une entreprise de se liguer au niveau européen pour réclamer une indemnisation.  Cette législation européenne, c’est une réponse directe au scandale du Dieselgate. Souvenez-vous, en 2015, des milliers de personnes  se sont retrouvés lésées dans cette affaire de moteurs truquées et isolés face à des multinationales comme Volkswagen ou Renault. Avec ce texte, les victimes, quel que soit leur nationalité, pourront s’associer et être représentés par une même association des consommateurs. Ce qui aura plus d’impact.  Mais on n’en est pas encore là. Mardi, le texte doit être voté par les députés européens puis par les Etats membres. Et les entreprises font tout pour réduire sa portée.

Nouvelle stratégie

C’est encore une semaine décisive pour le Brexit ! On vous résume tout ça en trois points. Un, le Parlement britannique doit se mettre d’accord sur une nouvelle stratégie sur le Brexit… Et il y a Beauuuuucoup d’options sur la table : soit les députés britanniques votent une troisième fois sur l’accord de retrait, soit ils décident de sortir sans. Ils seront aussi amenés à donner leur avis sur un second référendum, l’annulation de la sortie de l’UE, la conclusion d’un accord de libre-échange avec une autre Union douanière ou encore le maintien dans le marché unique européen….Deux, le sort de Theresa May est en jeu. Personne ne sait si la Première ministre va tenir la semaine. Selon les médias britanniques, elle pourrait être forcée à partir par son propre cabinet. Et les noms de ses successeurs circulent déjà. Trois : les opposants au Brexit rendent la vie de Theresa May plus difficile. Ce week-end, des centaines de milliers de personnes ont marché à Londres, pour protester contre la sortie de l’Union européenne. Malgré tout, les Britanniques n’oublient jamais leur sens de l’humour… résumé par une manifestante :

« Le seul marché que je veux abandonner, c’est Tinder! »  Sur ce, je vous dis à demain. Et hop c’était l’Europe.


Journaliste :

Anja Maiwald
Loreline Merelle

Pays :

France

Année :

2019