Blanco White à Eurosonic

41 min
Disponible du 25/01/2019 au 22/01/2021
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Blanco White tisse un folk sensible et intimiste qui rappelle parfois celui de Villagers ou James Vincent McMorrow. Est-ce pour lutter contre la grisaille britannique que notre musicien réchauffe sa musique par des influences empruntées à l’Andalousie et à l’Amérique Latine ? Peut-être bien. Dans tous les cas, le résultat flatte joliment l’oreille.

Espagne, Amérique latine… Ces influences sont surprenantes dans le milieu folk. Elles tombent pourtant sous le sens lorsqu’on connait le parcours de Josh Edwards (le nom de Blanco White à la ville) : ce dernier a étudié le maniement de la guitare flamenco à Cadiz et celui du charango à Sucre, en Bolivie.


Ne vous attendez pas pour autant à de l’exotisme à outrance dans les compositions de Blanco White. Tout chez lui se fait dans la pudeur et la discrétion. Ecouter sa musique revient à se plonger dans un bain de douceur tendrement mélancolique.


Signé chez Yucatan Records, Blanco White a pour l’instant publié trois EP : The Wind Rose (2016), Colder Heavens (2017) et plus récemment The Nocturne (2018). Ce sont ces bourgeons de discographie que le Britannique présente au festival Eurosonic, dans un cadre atypique : la AA-Kerk, une église paroissiale.


Concert capté le 16 janvier 2019 au festival Eurosonic, Pays-Bas.


Production :

Sourdoreille

Pays :

France

Année :

2019