Bad Banks - Saison 2 (2/6)

52 min
Disponible du 30/01/2020 au 07/03/2020
Sous-titresVersion françaiseVersion originale
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Dans les pas de l'indéchiffrable Jana (Paula Beer), une nouvelle saison en apnée dans la violence feutrée de la haute finance européenne. Une plongée documentée dans un monde opaque. Deuxième épisode : Pour Jana, qui espère toujours se venger de Leblanc, la marge de manœuvre est étroite...

Pour Jana, qui espère toujours se venger de Leblanc, la marge de manœuvre est étroite. Adam et elle ont envoyé un collègue à l'île Maurice pour tenter de liquider leurs comptes. La jeune banquière a par ailleurs réussi à évincer l'investisseur véreux de Green Wallet et à s'installer dans l'incubateur avec les troupes de la start-up. Mais d'emblée, la codeuse de l'équipe, élément clé de leur stratégie, démissionne en signe de défiance. Tout en refoulant l'attirance qu'elle éprouve pour Ben, le fondateur de Green Wallet, Jana retourne à Francfort avec Adam et Thao pour tenter de débaucher un codeur. Mais celui-ci travaille déjà pour la Fin21, une entité rivale créée par… Gabriel Fenger, tout juste sorti de prison. L'entrevue tourne à l'humiliation pour Jana, tandis que Thao est à son tour approchée par Leblanc, qui lui propose de travailler pour elle en secret. Comble de l'angoisse, à Berlin, Ties Jacoby refuse tout nouveau recrutement et exige que Green Wallet se lance sur les marchés plus tôt que prévu.

Pauvres banquiers
Un monde amoral, dans lequel tous les coups sont permis, qui proscrit la confiance, même entre alliés, et où le goût du combat et l'ambition tiennent lieu de sentiments… Tel est le tableau sombre, et pourtant fascinant, que le créateur de Bad Banks, Oliver Kienle, approfondit dans cette deuxième saison. Articulant l'intrigue autour du conflit de générations, symbolisé par le glaçant duel que se livrent Jana et Christelle Leblanc, il ancre le récit dans une réalité qu'il a étudiée de près : l'arrivée des fintech sur un marché bancaire bouleversé par la crise de 2008 et ses suites. La réussite de Bad Banks consiste, notamment, à rendre intensément humains ces banquiers qu'il est devenu si commun de haïr. Au sein d'un casting à la hauteur, Paula Beer et Désirée Nosbusch insufflent à leurs personnages de rivales une vulnérabilité et une soif d'exister saisissantes.


  • Réalisation :
    • Christian Zübert
  • Scénario :
    • Oliver Kienle
  • Production :
    • Letterbox Filmproduktion
    • Iris Productions
    • Real Film Berlin GmbH
    • ZDF
    • ARTE
  • Producteur/-trice :
    • Lisa Blumenberg
    • Nicolas Steil
  • Image :
    • Ngo The Chau
  • Montage :
    • Julia Karg
    • Jens Klüber
    • Kai Minierski
  • Musique :
    • Kyan Bayani
  • Avec :
    • Barry Atsma (Gabriel Fenger)
    • Paula Beer (Jana Liekam)
    • Désirée Nosbusch (Christelle Leblanc)
    • Albrecht Schuch (Adam Pohl)
    • Mai Duong Kieu (Thao Hoang)
    • Tobias Moretti (Quirin Sydow)
    • Germain Wagner (Ties Jacoby)
    • Jean-Marc Barr (Robert Khano)
    • Trystan Pütter (Alexander Schunk)
    • Marc Limpach (Luc Jacoby)
    • Noah Saavedra (Ben Kaufmann)
    • Tobias Langhoff (Peter Richard)
    • Utsav Agrawal (Shantimay)
    • Mathilde Irrmann (Vicky)
    • Tedros Teclebrhan (David Kubiak)
    • Christoph Schechinger (Felix Bender)
    • Larissa Sirah Herden (Hannah Ward)
  • Costumes :
    • Sabine Keller
  • Décors de film :
    • Silke Buhr
  • Chargé(e) de programme :
    • Caroline von Senden
    • Alexandra Staib
    • Olaf Grunert
  • Son :
    • Max Meindl
  • Pays :
    • Allemagne
    • Luxembourg
  • Année :
    • 2020