28 Minutes samedi

Avec Ariane Chemin (09/03/2019)

44 min
Disponible du 09/03/2019 au 09/05/2019
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Cette semaine dans "28 Minutes samedi", c’est la grand reporter au "Monde" et essayiste Ariane Chemin qui commente l'actualité : la libération conditionnelle de Carlos Ghosn après 108 jours de détention, le bras de fer du ministre de l’Économie Bruno Le Maire avec les GAFA.

La grand reporter au "Monde" et essayiste Ariane Chemin accompagne Benjamin Sportouch et Caroline Broué tout au long de l’émission. Retrouvez le portrait de notre invitée fil rouge réalisé par le journaliste Philippe Ridet.


Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique, la rejoindra ensuite en plateau, suivie d'Amaelle Guiton, journaliste à "Libération", spécialiste du numérique ainsi que Fabrice Epelboin, enseignant à Sciences-Po, spécialiste des médias sociaux et du web social.


Avec eux, nous revenons sur l’actualité française et internationale de la semaine écoulée :

Affaire Ghosn
. Après 108 jours de détention, la justice japonaise a finalement accepté la troisième demande de libération conditionnelle de Carlos Ghosn. En échange, l’ex-patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi s’est acquitté d’une caution de 8 millions d’euros. Cette libération est rare et exceptionnelle au Japon, où les juges se montrent habituellement intransigeants dans ce genre d’affaire. Qu’importe sa notoriété et sa richesse, une personne mise en examen est censée rester en prison en attendant la fin de l’instruction ou d’éventuels aveux.


Numérique. Dans son bras de fer avec les GAFA, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire n’a pas dit son dernier mot. Lors d’une conférence de presse mercredi, il a annoncé la mise en place d’une taxe à 3% sur le chiffre d’affaires, réalisé en France, des grandes entreprises du numérique. Cet impôt devrait rapporter environ 500 millions d’euros cette année - une somme dérisoire face aux milliards d’euros de profits accumulés par les géants d’Internet, mais un premier pas fortement symbolique.


Gaël Legras
plonge dans l’actualité internationale et "va voir ailleurs". Cette semaine, direction l’Algérie où la journaliste Nadia Madassi a démissionné de son poste de présentatrice au journal télévisé du soir. Prise au dépourvu, elle a été contrainte de lire à l’antenne une déclaration écrite du président Abdelaziz Bouteflika, candidat très controversé à un cinquième mandat. Pour montrer son désaccord, la journaliste a choisi de renoncer à un poste qu’elle occupait depuis quinze ans sur Canal Algérie.


Retrouvez enfin nos deux chroniqueurs du week-end : Marie Bonnisseau et Jean-Mathieu Pernin.


Présentation :

Benjamin Sportouch

Pays :

France

Année :

2019