Une vie violente

loading...

À suivre

107 min
Disponible du 17/05/2021 au 15/06/2021
AudiodescriptionSous-titrage malentendant
Ce programme est disponible en vidéo à la demande ou DVD.

Un jeune Corse sombre dans une spirale criminelle, à la croisée du nationalisme et du banditisme, qui embrase son île à la fin des années 1990... Mise en scène par Thierry de Peretti ("Les apaches"), une tragédie tissée de faits réels, d’une grande justesse. 

Paris, 2001. Issu d’une famille bourgeoise de Bastia, le jeune Stéphane s’ennuie quand il apprend l’assassinat d’un ami en Corse. Il rentre aussitôt au pays malgré la vendetta qui le menace. Après les obsèques, il se remémore le passé : les études décevantes à Aix, l’incarcération suite à une bêtise, la découverte en détention du combat nationaliste, le choix de s’y engager et d’y entraîner les copains, englués dans leurs petits trafics. Cette adhésion à la lutte armée l’a galvanisé puis désillusionné. Elle l’a éloigné de Raphaëlle, sa petite amie, et le condamne aujourd’hui à la clandestinité.

Naturalisme et théâtralité 
Inspiré du destin tragique du militant Nicolas Montigny, tué à Bastia à 28 ans, ce film fait revivre la Corse explosive de la fin des années 1990, embrasée par la guerre fratricide du FLNC, la prolifération des groupes terroristes dissidents et une dérive mafieuse générale, face à un État français indifférent, voire complice. En quête d’argent facile mais aussi d’action politique, une partie de la jeunesse corse a été emportée par cette vague de violence. Témoin indirect des événements, le réalisateur Thierry de Peretti appartient à cette génération perdue. Par un mélange percutant de naturalisme et de théâtralité, avec même un chœur antique des mères commentant la fatalité qui guette Stéphane, il atteint son but, "embrasser la complexité de cette époque", et explore la porosité entre lutte armée révolutionnaire, traditions archaïques et criminalité. Les scènes d’action, brusques et violentes, contrastent avec de longues séquences de discussions de groupe au verbe nerveux, où l’impulsivité le dispute à l’idéalisme et à l’humour. Le film souligne aussi discrètement la maigre place laissée aux femmes dans cette société méditerranéenne fermée, sentiment d’exclusion qui entraînera la défection instinctive de Raphaëlle, la petite amie de Stéphane.  


  • Réalisation :
    • Thierry de Peretti
  • Scénario :
    • Guillaume Bréaud
    • Thierry de Peretti
  • Production :
    • Les Films Velvet
    • ARTE France Cinéma
    • Stanley White
  • Producteur/-trice :
    • Frédéric Jouve
  • Image :
    • Claire Mathon
  • Montage :
    • Marion Monnier
  • Musique :
    • Frédéric Junqua
  • Avec :
    • Jean Michelangeli (Stéphane)
    • Henri-Noël Tabary (Christophe)
    • Cédric Appietto (Michel)
    • Marie-Pierre Nouveau (Jeanne)
    • Délia Sepulcre-Nativi (Raphaëlle)
    • Dominique Colombani (François)
    • Paul Garatte (Marc-Antoine)
    • Jean-Etienne Brat (Micka)
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2017