28 MinutesTiananmen / Que doit faire la France de ses terroristes ? (04/06/2019)

44 min
Disponible du 04/06/2019 au 04/08/2019
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Tiananmen, la mémoire interdite : entretien avec le sociologue chinois Lun Zhang, qui a participé aux manifestations de 1989, et Pierre Haski, auteur du documentaire "Liu Xiaobo, l’homme qui a défié Pékin", diffusé sur ARTE / Onze djihadistes français condamnés à mort en Irak : la France doit-elle empêcher l'exécution de ses ressortissants accusés de terrorisme ? Débat.

Tiananmen, la mémoire interdite 

Ce 4 juin 2019 marque les trente ans du "massacre de Tiananmen", qui a fait plusieurs milliers de morts, et qui clôt la plus grande mobilisation pro-démocratique du XXe siècle en Chine. Un mouvement considéré comme tabou voire inexistant dans la population actuelle chinoise, mais comme un événement symbolique pour l’Occident. Lun Zhang, sociologue chinois, a participé activement aux manifestations, où il était en charge de l’organisation de l’occupation de la place Tiananmen et du service d’ordre. Il a fui pour la France où il vit désormais, naturalisé en 2008, et rongé par la culpabilité d’être un survivant. Il raconte son histoire dans « Tiananmen 1989 », une bande dessinée qui met en scène son témoignage et ses rêves déchus de liberté. Lun Zhang sera sur notre plateau, accompagné de Pierre Haski, président de "Reporters Sans Frontières", et correspondant pour "Libération" en Chine de 2000 à 2006. L’adaptation qu’il a réalisée de son livre "Liu Xiaobo, l’homme qui a défié Pékin", est diffusée sur ARTE.

Onze djihadistes français condamnés à mort en Irak : la France doit-elle empêcher l'exécution de ses djihadistes ?  

Lundi 3 juin, trois ressortissants français ont été condamnés à mort par le tribunal antiterroriste de Bagdad (Irak), rejoignant ainsi la liste des huit autres Français reconnus coupables d’appartenance au groupe État islamique (EI). Mais la France se trouve face à un paradoxe. Refusant de rapatrier et de juger ces hommes, elle les expose à la peine de mort, châtiment suprême infligé en Irak, alors qu’elle y est opposée par principe. L’ONG "Human Rights Watch" a exhorté Paris à ne pas "sous-traiter la gestion" de ses ressortissants, tandis que les avocats des familles dénoncent une justice "expéditive" en Irak. Face à eux, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, affirme que le procès est "équitable". Que doit faire la France de ses terroristes ? On en parle dans "28 Minutes".


  • Présentation :
    • Elisabeth Quin
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2019