Taxe des GAFA : une Europe déchirée

3 min
Disponible du 11/07/2019 au 22/12/2022
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Inspirée d'un projet européen avorté, une taxe "à la française" sur les géants du numérique a été adoptée jeudi au Parlement, sur fond de tensions avec les Etats-Unis qui menacent la France de représailles. La France devient "le premier Etat à introduire en Europe une taxation" des Gafa (Google, Amazon, Facebook et Apple) et autres Meetic, Airbnb, Instagram ou encore Criteo, a affirmé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. 

La taxe Gafa (acronyme pour Google, Amazon, Facebook et Apple) à la française s'inspire d'un projet européen qui a été définitivement enterré le 12 mars 2019, en raison des réticences de quatre pays (Irlande, Suède, Danemark et Finlande). En Europe, l’idée d’une taxe sur les GAFA, qui comprend les quatre géants du numérique -Google, Apple, Facebook et Amazon- ne date pas d’hier, mais les Etats membres n’ont jamais réussi à s'entendre pour harmoniser leurs taxes. Ces multinationales sont pourtant sous-imposées alors qu’elles engrangent des bénéfices colossaux sur le vieux continent. Ils paient en moyenne 9% d’impôts dans l’Union européenne contre 23% pour le reste de l’économie.

Des représailles américaines ?
Décidé à faire pression, Washington a annoncé le 10 juillet avoir lancé une enquête sur les effets de cette taxe mise en place unilatéralement par la France dans l'attente d'un accord au niveau international. En fonction des conclusions auxquelles elle aboutit, cette enquête pourrait entraîner des mesures de représailles.


  • Journaliste :
    • Mathieu Boch
  • Pays :
    • France
  • Année :
    • 2018