Metropolis
Ostende / Simon Fujiwara / Philippe Sands

(44 min.)
Disponible du 11/02/2018 au 11/05/2018
Disponible en direct : oui
Version françaiseVersion originale

Escapade culturelle à Ostende à l’occasion de la triennale d’art contemporain - Plongée dans l’œuvre provocatrice de Simon Fujiwara - L'avocat Philippe Sands, de l’exploration d’un passé familial à l’histoire de la Shoah - L’écrivain turc Dogan Akhanli s'exprime sur la situation politique de son pays - La bande dessinée arabe au festival d'Angoulême - Visite de l’atelier de Marianne Mispelaëre à Paris.

Ostende
C’est la "reine des plages". Au XIXe siècle, Ostende était la station balnéaire préférée de la haute société belge. De nombreux édifices, comme l’ancien palais royal, le casino ou l’hippodrome, témoignent de son prestige d’antan. Ils font partie des lieux réinvestis cette année lors de la triennale d’art contemporain, sous la direction de Jan Fabre et Joanna de Vos.

Simon Fujiwara
Cet artiste conceptuel britannique d’origine japonaise a créé la polémique avec son installation Hope House à Tel-Aviv, réplique grandeur nature d’une maquette de la maison d’Anne Frank vendue dans le commerce. Il s’apprête à en réaliser une version agrandie au musée d’art de Bregenz, poursuivant, au-delà de la provocation, sa réflexion sur le cynisme du capitalisme et sur la notion d’authenticité.

Philippe Sands, Retour à Lemberg
De l’exploration d’un passé familial à l’histoire de la Shoah. Dans Retour à Lemberg, l'avocat Philippe Sands, dont la famille a été en grande partie exterminée lors de la Seconde Guerre mondiale, découvre de bouleversants secrets de famille ainsi que le rôle fondateur de deux hommes dans l’émergence d’une justice internationale.

La Turquie, une dictature en devenir ?
L'écrivain Dogan Akhanli vient de publier un livre – non traduit en français – sur la politique actuelle dans son pays natal. Il décrit comment le régime d’Erdogan éloigne de plus en plus la Turquie des valeurs démocratiques pour l’entraîner vers le fascisme. Rencontre.

La BD arabe à Angoulême
L’interdit des représentations figurées dans l’islam n’a pas empêché l’épanouissement de la BD dans les pays arabes. Bien au contraire : dessinatrices et dessinateurs y illustrent comme nulle part ailleurs les bouleversements sociaux que connaît la région, du Koweït au Maroc. Rencontres avec la Libanaise Lena Merhej et l’Algérienne Rym Mokhtari.

Marianne Mispelaëre
Passionnée par l’invisible, Marianne Mispelaëre s’intéresse aux signes, à ce qu’ils cachent et peuvent révéler. Une exposition lui est consacrée au Palais de Tokyo, à Paris, à partir de la mi-février. Metropolis lui rend visite à l’artiste dans son atelier.


Pays :

Allemagne

Année :

2018

En savoir plus

  • Bonus et extrait
Ostende, " reine des plages " / Metropolis

12 min