"Don Carlos" à l'Opéra de Paris (version allemande)
Version allemande

0 min. (Bonus)
Disponible : 19/10/2017 au 20/10/2018
Philippe Jordan, Krzysztof Warlikowski, Jonas Kaufmann, Sonya Yoncheva, Elina Garanca s'emparent d'une version rare de l'opéra verdien : l'événement de la rentrée lyrique, à savourer en direct.
En France en 1559, puis en Espagne neuf ans plus tard. Élisabeth de Valois, fille d’Henri II de France, est promise à Don Carlos, l'infant d’Espagne, pour réconcilier les deux pays en guerre. Celui-ci étant venu clandestinement à Fontainebleau pour découvrir sa promise, les deux jeunes gens se rencontrent dans la forêt et tombent immédiatement amoureux. Mais le roi espagnol Philippe II, père de Don Carlos et fils de Charles Quint, décide finalement d'épouser lui-même.
Inconsolable, car aimant toujours celle qui est devenue sa belle-mère, Carlos, neuf ans plus tard, demande à son père, sous l'influence de son ami Rodrigue, marquis de Posa, la permission de gouverner les provinces flamandes soulevées, pour mettre un terme aux horreurs perpétrées par l'armée espagnole. Mais Philippe II, jaloux de la passion qu'il pressent, sans en être certain, entre la reine et son fils, refuse, et demande à Rodrigue, qui a sa confiance, de les surveiller. La rancœur de la princesse Eboli, une suivante d'Élisabeth qui aime Carlos en secret, et découvre que la reine l'a supplantée dans le cœur du jeune homme, complique encore la situation…
"Blockbuster" lyrique
La splendeur de la distribution, qui réunit, sous la baguette magique du directeur musical de l'Opéra de Paris, Philippe Jordan, et dans une mise en scène du toujours décapant Krzysztof Warlikowski, les plus grands noms de la scène actuelle (la soprano Sonya Yoncheva, la mezzo-soprano Elina Garanca, les ténors Jonas Kaufmann et Ludovic Tézier, la basse Ildar Abdrazakov) fait de ce "Don Carlos" le "blockbuster" de la rentrée lyrique. Quand, en 1867, l'œuvre fut composée en français par Verdi à la demande de l'Opéra de Paris, elle réunissait déjà toutes les composantes d'une superproduction, en accord avec les exigences d'alors : sujet historique propice à de grandes voix, chorals, grande scène de masse (l’autodafé) mêlée à des tableaux intimes, et danse. Rarement montée, cette version presque originale (le ballet a été supprimé) intègre des scènes coupées lors de la création et retrouvées voici quelques années seulement. Le metteur en scène polonais fait advenir l'intime au cœur de la fresque de cour, dépouillant de tout folklore cette tragédie hantée par les fantômes, pour mettre à nu le destin de Carlos, nouvel et poignant Hamlet écrasé par l'histoire.
Photo © Agathe Poupeney - OnP

Générique

Production :

Telmondis

Réalisation :

Stéphane Metge

Direction musicale :

Philippe Jordan

Chant :

Elina Garanca
Sonya Yoncheva
Ludovic Tézier
Jonas Kaufmann

Choeur :

Chœurs de l’Opéra national de Paris

Mise en scène :

Krzysztof Warlikowski

Orchestre :

Orchestre de l’Opéra national de Paris

Pays :

France

Année :

2017

En direct sur ARTE Concert