Alex Cameron en session au Dour Festival
Candy May, Mongrel

8 min.
Disponible : 17/07/2017 au 16/07/2018
Alex Cameron s’illustre par une synthpop crépusculaire et délicieusement désenchantée. L’Australien allie une musique électronique et épurée à des textes particulièrement léchés. Dans ces chansons souvent écrites à la première personne l’auteur part d’expériences personnelles pour nous raconter des histoires pleines d’humour et de cynisme.
Il a été long le chemin d’Alex Cameron vers la célébrité ! Le chanteur a d’abord officié au sein du groupe d’electro expérimentale Seekae avant de se lancer dans une aventure solo. Seul, il écrit, compose et interprète des morceaux qui, en 2014, sont compilés dans un album qui passe totalement inaperçu. C’est un concert donné à La Maroquinerie puis une rencontre avec Foxygen qui permet à Alex Cameron de se faire un nom. L’Australien assure en effet trente premières parties pour le groupe de Sam Franceet signe dans la foulée un contrat avec Secretly Canadian. Le label réédite alors son premier album, "Jumping the Shark", et là ça fonctionne ! C’est le début d'un succès bien mérité.
Nous avons proposé à Alex Cameron de nous retrouver dans un bâtiment désaffecté, situé non loin du Dour Festival. Là, l’Australien a entonné deux chansons : "Candy May" et "Mongrel". La première est une toute nouvelle composition, prémices d’un album à venir, et la deuxième un extrait de l’opus Jumping the Shark. Du neuf, du vieux, de quoi plonger la tête la première dans l’univers d’Alex Cameron ! 

Générique

Producteur/-trice :

Sourdoreille

Pays :

France

Année :

2017

En direct sur ARTE Concert