Fred Astaire - L'homme aux pieds d'or

1 min.
Disponible : 24/12/2017 au 31/12/2017
Prochaine diffusion : dimanche 24 décembre à 18h05
Sous-titrage malentendant
Aérien, élégant, d'une précision et d'une inventivité folles, Fred Astaire donnait l'impression de s'amuser en dansant. Mais il détestait l'improvisation, et ses chorégraphies résultaient d'un travail acharné. Sur un tempo alerte, ce documentaire retrace la trajectoire élégante du roi de la comédie américaine. Un exaltant tour de piste au bras de Fred Astaire.
Le danseur Rudolf Noureev louait sa musicalité et son agilité. Son confrère Mikhaïl Barychnikov le jalousait et disait : "De quoi ai-je l’air à côté ?" Aérien, élégant, d'une précision et d'une inventivité folles, Fred Astaire donnait l'impression de s'amuser en dansant. Mais il détestait l'improvisation, et ses chorégraphies résultaient d'un travail acharné. Sa mère, qui voulait à tout prix que ses enfants s'élèvent au-dessus de leur modeste condition d'émigrés autrichiens, lui met très tôt le pied à l'étrier. Dès l'âge de 4 ans, Fred Astaire apprend la danse aux côtés de sa sœur Adele. Les deux prodiges sont happés par les tournées théâtrales et apprennent leur métier sur les planches. Leur numéro fait de leur couple la coqueluche de Broadway, en partie grâce au charme et à la drôlerie d'Adele, qui ensorcelle littéralement le public. Lorsque sa sœur finit par épouser un lord anglais, histoire qui sera racontée dans la comédie musicale "Mariage royal", Fred Astaire, délaissé, rebondit et se lance alors dans la brillante carrière hollywoodienne qu'on connaît.

L'amour du swing
Ce documentaire tente de percer à jour ce qui rendait unique cet interprète et chorégraphe d'exception. Excellent pianiste et batteur, passionné de jazz – il lutta d'ailleurs contre la ségrégation en vigueur à l'écran en exigeant de figurer dans le même plan que des musiciens noirs –, cet amoureux du swing concevait ses chorégraphies en osmose avec la musique, comme en témoigne sa complicité artistique et amicale avec de nombreux compositeurs. Des plus beaux couples qu'il forma à l'écran à un comparatif endiablé de son style avec celui de Gene Kelly, son antithèse, aussi terrien qu'il était aérien, le film suit tambour battant la trajectoire de Fred Astaire, de témoignages admiratifs (Serge Bromberg, Leslie Caron, la réalisatrice Pascale Bouhénic, etc.) en virevoltantes archives.

Générique

Réalisation :

Yves Riou
Philippe Pouchain

Pays :

France

Année :

2016