86 min
Sous-titresVersion originale
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Les héros de la littérature classique allemande, Goethe et Schiller en tête, étaient-ils homosexuels ? Figure du cinéma gay outre-Rhin, Rosa von Praunheim fouille leurs écrits et leur vie en quête d’indices.

"Je n’aurais jamais imaginé tourner un film sur Goethe et Schiller. Goethe, surtout, me semblait coupé du réel et arrogant. Et tout ce verbiage sur ses conquêtes féminines me barbait", confie, en habits d’époque, le facétieux Rosa von Praunheim, figure du cinéma gay outre-Rhin, en ouverture de son documentaire. La découverte d’ouvrages traitant de l’homosexualité d’un certain nombre d’écrivains classiques allemands l'a amené à scruter leurs écrits, saturés d’allusions, et leurs biographies. Les relations privilégiées que Goethe – qui n’aurait goûté à l’amour charnel qu’à l'âge de 30 ans – a entretenues avec le duc Charles-Auguste de Saxe-Weimar-Eisenach, son page Philipp Seidl ou encore Schiller intriguent ainsi les spécialistes. D’autres cas suscitent leur intérêt, de l’historien de l’art Johann Joachim Winckelmann, qui a chanté la beauté du corps masculin dans la sculpture grecque, au duc Auguste de Saxe-Gotha-Altenbourg, auteur du premier roman gay de la littérature germanique et adepte du travestissement, en passant par le poète Heinrich von Kleist, qui a adressé une lettre d’amour passionnée au général Ernst von Pfuel avant de se suicider plus tard aux côtés d’une femme.

Amitiés améliorées ?
À une époque qui vouait un culte aux amitiés masculines (et féminines), et alors que l’homosexualité n’avait pas encore été définie ni criminalisée, ces effusions faisaient-elles simplement partie des mœurs ou relevaient-elles d’amours consommées ? Entremêlant, dans un extravagant et instructif montage, saynètes reconstituées teintées de volupté, discussions animées sur le sujet entre les comédiens et entretiens éclairants avec des experts, Rosa von Praunheim renouvelle notre regard sur le classicisme de Weimar en explorant l’homoérotisme qui l’imprègne.


  • Réalisation :
    • Rosa von Praunheim
  • Pays :
    • Allemagne
  • Année :
    • 2018