La complainte de Mackie

Lecture automatique

À suivre

122 min
Disponible du 03/01/2020 au 01/02/2020
AudiodescriptionSous-titresVersion françaiseVersion originale
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Dans le Berlin frénétique des Années folles, Bertolt Brecht (incarné par Lars Eidinger) bataille pour garder la maîtrise d'un film tiré de son "Opéra de quat'sous". Une comédie musicale enlevée, librement inspirée de faits réels.

Berlin, 31 août 1928. Au Theater am Schiffbauerdamm (futur siège du Berliner Ensemble), la première de Die Dreigroschenoper, nouvelle comédie musicale de Bertolt Brecht et Kurt Weill, remporte, contre toute attente, un véritable triomphe. Dans les mois qui suivent, les refrains iconoclastes en sont repris dans tous les cabarets de la ville. Les auteurs et acteurs, devenus de véritables stars – autour du chef de bande Brecht, son épouse, l'actrice Helene Weigel, sa maîtresse Elisabeth Hauptmann, sans laquelle  l’adaptation d'une œuvre anglaise du XVIIIe siècle, The Beggar's Opera, n’aurait pas vu le jour, les chanteuses Carola Neher et Lotte Lenya, ainsi que Kurt Weill, marié à cette dernière –, sont approchés par un producteur, Seymour Nebenzahl, qui souhaite porter à l'écran le succès du moment. Brecht, qui tient l'industrie naissante du cinéma pour un divertissement au service du grand capital, destiné à abêtir les masses, accepte néanmoins, espérant imposer un scénario plus révolutionnaire encore que son œuvre scénique. Un conflit s'ouvre avec le studio, qu'il porte sur la place publique par voie de presse, puis en justice…

Folle modernité
L'opéra de quat' sous a bien été porté à l'écran en 1931 par Georg Wilhelm Pabst, simultanément en France et en Allemagne, avec des distributions différentes, mais dans une version désavouée par Brecht à l'issue d'un procès perdu. Grand connaisseur de ce dernier, Joachim A. Lang ressuscite sur un rythme trépidant un combat artistique que le nazisme allait bientôt balayer, en l'entrecoupant de séquences chantées et dansées représentant le film dont le dramaturge aurait rêvé. Cette Complainte fait ainsi résonner la verve et la beauté d'une œuvre qu'on ne se lasse jamais de redécouvrir, comme la folle modernité de l'époque frénétique qui l'a vue naître, il y a presque cent ans. Une réussite garantie notamment par l'excellence du casting, dans le jeu comme au chant, et la jubilation manifeste de Lars Eidinger (star de la Schaubüne devenu star tout court) à camper, avec la distanciation de rigueur, l'intraitable monument national allemand.


  • Réalisation :
    • Joachim A. Lang
  • Scénario :
    • Joachim A. Lang
  • Production :
    • Zeitsprung Pictures GmbH
    • Velvet Films
    • SWR
    • ARTE
  • Producteur/-trice :
    • Michael Souvignier
    • Till Derenbach
  • Image :
    • David Slama
  • Montage :
    • Alexander Dittner
  • Musique :
    • Walter Mair
    • Kurt Schwertsik
  • Avec :
    • Lars Eidinger (Bertolt Brecht)
    • Tobias Moretti (Macheath)
    • Hannah Herzsprung (Carola Neher/Polly)
    • Joachim Krόl (Peachum)
    • Claudia Michelsen (Mme Peachum)
    • Britta Hammelstein (Lotte Lenya/Jenny)
    • Robert Stadlober (Kurt Weill)
    • Christian Redl (Tiger Brown)
    • Godehard Giese (Seymour Nebenzahl)
    • Peri Baumeister (Elisabeth Hauptmann)
    • Meike Droste (Helene Weigel)
  • Auteur :
    • Bertolt Brecht
    • Kurt Weill
  • Costumes :
    • Lucia Faust
  • Décors de film :
    • Benedikt Herforth
  • Chargé(e) de programme :
    • Sandra Maria Dujmovic
    • Andreas Schreitmüller
  • Son :
    • Eric Rueff
  • Pays :
    • Allemagne
    • Belgique
  • Année :
    • 2018