Fonko, la révolution musicale africaine
Angola et Ghana

2 min.
Disponible du 02/02/2018 au 19/03/2018
Prochaine diffusion : vendredi 2 février à 23h00
Sous-titresVersion originale

La grande révolution musicale de notre époque a lieu en Afrique. Des genres musicaux comme l'électro fusionnent avec les rythmes traditionnels pour créer de nouveaux sons. En Angola, le "kuduro", un mouvement musical issu des bidonvilles, transcende les foules. Au Ghana, les musiciens remettent librement en question les traditions, usant de l'ironie et de la parodie à travers l'"azonto".

La grande révolution musicale de notre époque a lieu en Afrique. Des genres musicaux comme l'électro fusionnent avec les rythmes traditionnels pour créer de nouveaux sons. En Angola, le kuduro, un mouvement musical issu des bidonvilles, transcende les foules. Les jeunes Angolais se déhanchent sur ce style débridé que Sebem, l'un des pionniers du genre, a démocratisé. Longtemps associée aux marginaux, cette musique est aujourd'hui l'un des plus grands atouts culturels du pays. Des producteurs et DJ américains comme Diplo, qui a collaboré avec Beyoncé, M.I.A ou Major Lazer, s'inspirent de ce nouveau rythme pour concevoir des albums avec des tonalités africaines qui cartonnent en club. Mais la répression qui règne dans le pays menace la liberté d'expression des artistes. Contrairement au Ghana, où les musiciens remettent librement en question les traditions, usant de l'ironie et de la parodie à travers l'azonto.



Boom artistique

Mêlant des extraits de vidéoclips et de performances live, le premier épisode de cette minicollection, commentée par la chanteuse Neneh Cherry, recueille les témoignages d'artistes influents du Ghana et de l'Angola. On découvre quelques personnalités extravagantes et décomplexées, à l'image de Titica, une "kuduriste" transsexuelle renommée en Angola, ou encore de Wanlov the Kubulor, un chanteur ghanéen qui a suscité la polémique en évoquant dans l'une de ses chansons la sexualité des jeunes musulmanes. À travers des images d'archives, ce documentaire met aussi en lumière l'influence du passé colonial portugais sur les artistes angolais qui tentent de s'affranchir de trois décennies de guerre civile en créant de nouvelles sonorités.


Générique

Réalisation :

Lamin Daniel Jadama
Lars Lovén

Pays :

Suède

Année :

2015