28 minutes
Passeur de migrants / Y a-t-il un cabinet noir à l'Élysée ?

44 min.
Disponible : 16/03/2017 au 28/03/2018
COMMENT JE SUIS DEVENU PASSEUR POUR DES MIGRANTS Le journaliste indépendant Raphaël Krafft explique pourquoi il a décidé de devenir passeur de migrants. CABINET NOIR : Y A-T-IL DES OFFICINES SECRÈTES À L'ÉLYSÉE ? Les éclairages de Thibault de Montbrial, avocat pénaliste, Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération, et Laurent Bouvet, politologue.
COMMENT JE SUIS DEVENU PASSEUR POUR DES MIGRANTS Cela faisait 16 ans que Raphaël Krafft couvrait les crises humanitaires et politiques lorsqu’à l’automne 2015, le journaliste indépendant est passé de témoin à acteur de l’événement qu'il était venu observer. À Vintimille, ville italienne située à la frontière avec la France, il se lie d’amitié avec deux Soudanais. Comme nombre de réfugiés, Adeel et Satellite rêvent d’une France qui les accueille et leur donne la chance d’un avenir meilleur que les épreuves qu’ils laissent derrière eux. Raphaël Krafft, marqué par les violentes évacuations des campements de migrants du 18e arrondissement de Paris, décide alors d’agir et devient leur passeur. "Une histoire de conscience" dit-il. Les péripéties de ce "délit de solidarité" sont racontées dans "Passeur", paru en janvier dernier. Raphaël Krafft vient témoigner sur notre plateau.
CABINET NOIR : Y A-T-IL DES OFFICINES SECRÈTES À L'ÉLYSÉE ? "Si ce qui est écrit dans ce livre est vrai, je pense que dans l'histoire récente de la Ve République, un chef d'État n'est jamais allé aussi loin dans l'illégalité." Se basant sur le livre "Bienvenue Place Beauvau - Police : les secrets inavouables d'un quinquennat", François Fillon a ouvert les hostilités jeudi dernier. À travers cette phrase, il pointe du doigt l'existence d'un « cabinet noir » à l'Élysée. Six autres responsables des Républicains ont saisi lundi le procureur de Paris et le procureur national financier pour des "infractions" commises selon eux par l'exécutif et soulignées dans le fameux ouvrage. Ils mettent directement en cause François Hollande pour "collecte frauduleuse de données". Mais l’existence d’une structure clandestine reste à prouver, alors que pas un président de la Ve République ne semble avoir échappé au soupçon d'une officine secrète chargée d’espionner "l’ennemi". Simple stratégie de défense ou tactique de diversion pour la droite, dont le candidat croule sous les affaires ? Pour nous éclairer sur cette affaire, Thibault de Montbrial, avocat pénaliste au barreau de Paris, et Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération.

Générique

Présentation :

Élisabeth Quin

Pays :

France

Année :

2016

Bonus et extrait

Raphaël Krafft

4 min

Cabinet noir : y a-t-il des officines secrètes à l'Élysée ?

3 min

Bruno Retailleau

2 min

Corruption : Alexis Ier, un tsar doux comme un agneau

3 min

Survivalisme : La Silicon Valley se réfugie en Nouvelle-Zélande

3 min

Benoît Hamon & le solde migratoire

2 min

Dictionnaire (subjectif) avec Raphaël Krafft : passeur

3 min