L'or vert ou la stupéfiante odyssée du khat

52 min
Version françaiseVersion originale
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Les dangers d'une plante psychotrope largement répandue en Afrique de l'Est, à l'impact très important sur les populations. Un éclairage complet sur une situation complexe.

Les dents brunies, la salive et la langue vertes. Une sensation stimulante d'euphorie impulsée par une accélération du rythme cardiaque. Puis des effets d'accoutumance et de manque, doublés de déprime, de léthargie, et chez certains, notamment les enfants, de troubles mentaux. En juin 2014, le gouvernement britannique interdisait l'importation et la consommation de khat, dorénavant considéré comme une drogue. Illégal aux États-Unis et dans de nombreux pays d'Europe, il est surtout le fait de la diaspora somalienne. C'est justement un de ses représentants, Aboukar Awalé, qui a alerté les autorités britanniques et milité pour la fin de la tolérance. Ancien dépendant, il connaît les ravages que produit la mastication des feuilles de cet arbuste essentiellement cultivé en Éthiopie et au Kenya.

Économie revitalisée
Ce film" "suit le courageux" "combat d'Aboukar Awalé et remonte la filière du khat à travers le monde. Des producteurs aux distributeurs (souvent eux-mêmes de fervents consommateurs), il porte un regard empreint d'empathie sur les populations de la Corne de l'Afrique au sein desquelles le khat est très répandu, souvent par tradition. Chez certains, l'acquisition de cette plante psychotrope s'avère le but ultime d'une journée. Elle peut remplacer la volonté de se nourrir, et assécher les finances d'un foyer. La guerre civile somalienne et la répression dans le Somaliland ont "laissé des cicatrices dans les esprits, avec beaucoup de gens perturbés mentalement", comme l'explique un témoin. Entre pauvreté et chômage, certains se "soignent" comme ils peuvent. Le film n'élude pas non plus l'apport économique vital du khat à certaines régions. Sa vente apporte des revenus de substitution aux familles ou sauve les fermes des producteurs de café ruinés par la baisse des cours.


  • Réalisation :
    • Davide Morandini
    • Matteo Keffer
    • David Chierchini
  • Pays :
    • Allemagne
    • France
  • Année :
    • 2019