Inkotanyi : Paul Kagame, la tragédie rwandaise

(98 min.)
Disponible du 13/04/2018 au 17/05/2018
Disponible en direct : oui

D'avril à juillet 1994, près d'un million d'hommes, de femmes et d'enfants Tutsis ont été massacrés au Rwanda. Un quart de siècle après la tragédie, ce documentaire fouillé retrace l'avant, pendant et après-génocide vus de l'intérieur par les dirigeants du Front patriotique rwandais (FPR).

Rwanda, juillet 1994. La rébellion la mieux entraînée du continent africain met fin au dernier génocide du XXe siècle, celui des Tutsis du Rwanda, durant lequel près d'un million d'hommes, de femmes et d'enfants ont été massacrés en trois mois. Un chef de guerre de 36 ans, Paul Kagame, dirige alors le FPR-Inkotanyi, le nom que s'est choisi le mouvement à sa fondation en Ouganda, en 1987 – en kinyarwanda, "Inkotanyi" signifie "Ceux qui se battent avec le plus de courage". Vingt-trois ans plus tard, en août 2017, il sera réélu à un troisième mandat présidentiel à une majorité écrasante (98,2 %, un score qualifié de "dictatorial" par nombre de commentateurs occidentaux), tandis que le FPR, devenu parti-État, tiendra toujours les principaux rouages du pouvoir. Mais l'après-génocide aura vu également les Inkotanyi, formés au combat auprès du bientôt président Yoweri Museveni, bouleverser l'ensemble de la région des Grands Lacs, notamment au Congo voisin. Avec les principales figures du mouvement, dont Paul Kagame lui-même et James Kabarebe, son ministre de la Défense, mais aussi nombre d'autres témoins directs et de riches archives en partie inédites, puisque issues du fonds du mouvement, Christophe Cotteret (Ennahdha – Une histoire tunisienne) retrace de l'intérieur les trente années d'existence du FPR. En donnant à entendre le point de vue de ceux qui l'ont en partie écrite, sans pour autant omettre leurs zones d'ombre, il fait ainsi résonner de manière nouvelle une histoire constamment restée sous les feux de l'actualité, marquée par le massacre et le chaos, mais aussi, au Rwanda, par une spectaculaire reconstruction.

Paradoxes
En six chapitres, d'"Exil" à "Résilience", le réalisateur français tisse une multiplicité de faits et de points de vue (dont le sien, qui transparaît discrètement dans le beau commentaire du film), pour restituer avec une poignante limpidité les multiples facettes et les paradoxes d'événements en partie méconnus. S'il laisse une large place au FPR et à ses alliés, il s'appuie également sur des observateurs extérieurs peu suspects de complaisance envers le régime rwandais. Citons entre autres le journaliste et ancien cadre du FPR Faustin Kagame, l'ancien officier des FAR, les Forces armées rwandaises impliquées dans le génocide, Paul Rwarakabije, le général Lafourcade, ancien commandant de l'opération française Turquoise, le journaliste Patrick de Saint-Exupéry, l'ex-président de Médecins sans frontières Rony Brauman, l'historien Gérard Prunier… Un quart de siècle après, il offre ainsi, avec ses interlocuteurs, une réflexion d'une frappante profondeur sur le génocide rwandais et, au-delà, sur notre temps et ce que peut la politique, du pire jusqu'à sa réparation.


Production :

Veilleur de nuit

Réalisation :

Christophe Cotteret

Pays :

France
Belgique

Année :

2016