78 min
Version françaiseVersion originale
Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Et si la pire catastrophe nucléaire de l'histoire n'était pas un accident ? C'est sur cette hypothèse du complot que le jeune artiste ukrainien Fedor Alexandrovitch qui, à 4 ans, a lui-même été évacué de la "zone interdite" lors de la catastrophe, convainc le réalisateur Chad Gracia d'enquêter avec lui dans les environs de la centrale. Un passionnant ovni documentaire.

Et si la pire catastrophe nucléaire de l'histoire n'était pas un accident ? C'est sur cette hypothèse du complot que le jeune artiste ukrainien Fedor Alexandrovitch qui, à 4 ans, a lui-même été évacué de la "zone interdite" lors de la catastrophe, convainc le réalisateur Chad Gracia d'enquêter avec lui dans les environs de la centrale. Dans la forêt déserte et contaminée, à une dizaine de kilomètres, se dresse en effet une gigantesque antenne radio militaire soviétique, la Duga, pièce clé d'un dispositif d'espionnage soviétique top secret. Elle émettait des ondes de basse fréquence qui, entre 1976 et 1981, ont régulièrement perturbé les émissions radio du globe, produisant un mystérieux bruit saccadé baptisé "pic-vert russe" par les Occidentaux. "L'œil de Moscou, résume Fedor, convaincu que la Duga a joué un rôle dans l'accident, était tout près de son cœur atomique." Il part donc à la rencontre de témoins de tout poil (employés du site, ex-apparatchiks ou spécialistes occidentaux du renseignement, membres de la commission d'enquête mise sur pied après l'accident, historiens, etc.) qui, peu à peu, révèlent de troublantes informations. Mais alors qu'à Kiev des rassemblements massifs défient le président prorusse Viktor Ianoukovitch, le jeune homme reçoit la visite du SBU (l'héritier ukrainien du KGB), qui le somme d'interrompre ses recherches.

Réalités paradoxales
Dans les pas de son théâtral héros, mi-idiot dostoïevskien, mi-poseur arty, Chad Gracia compose un passionnant ovni documentaire, entre comique et tragique, "documenteur" et cinéma-vérité. Des images surréalistes tournées dans la "zone" (une salle de classe jonchée de masques à gaz dans la ville fantôme de Pripiat, Fedor escaladant lentement les tours de la Duga ou scrutant, tout nu et enveloppé de plastique transparent, les eaux sombres d'un Léthé contaminé) aux séquences haletantes tournées au cœur de l'insurrection, on se laisse emporter, étourdi et ravi, par un tourbillon d'informations contradictoires, au plus près des réalités paradoxales de l'Ukraine d'aujourd'hui.


  • Réalisation :
    • Chad Gracia
  • Pays :
    • Royaume-Uni
  • Année :
    • 2015