Caravage
Dans la splendeur des ombres

2 min.
Disponible du 04/02/2018 au 11/02/2018
Prochaine diffusion : dimanche 4 février à 16h40
Sous-titrage malentendant

Sa vie brève (vers 1571-1610) est un roman. Parce que le peintre Caravage fut bagarreur, meurtrier lors d'un duel, puis en perpétuelle cavale, avant de mourir, à 38 ans, dans des circonstances mystérieuses, il a nourri une sulfureuse légende. Au plus près de ses nombreux chefs-d'oeuvre, le portrait inspiré du maître des ombres.

Sa vie brève (vers 1571-1610) est un roman. Parce que le Caravage fut bagarreur, meurtrier lors d'un duel, puis en perpétuelle cavale, avant de mourir, à 38 ans, dans des circonstances mystérieuses, il a nourri une sulfureuse légende. Son génie, reconnu de son vivant, puis oublié et caricaturé au fil d'innombrables copies, dut attendre le début du XXe siècle pour renaître à la lumière. Le réalisateur Jean-Michel Meurice, peintre lui-même, voyage sur les traces de Michelangelo Merisi, de la petite ville lombarde de Caravaggio, où il grandit et qui lui donna son nom, à Rome, où il devient précocement célèbre, puis à Naples, à Malte, en Sicile, où il fut accueilli dans sa fuite et où il laissa des peintures merveilleuses. En parallèle, la caméra explore avec sensualité, au plus près des toiles, la force des compositions, l'art si personnel du clair-obscur, le réalisme saisissant des scènes, qui donnent le sentiment au spectateur d'assister au moment décisif ("juste avant ou juste après l'acte lui-même"), et l'humanité poignante des visages. Elle montre comment, dans ses dernières années, l'artiste pressé par le temps et l'angoisse ne cesse de se représenter lui-même, jusque dans la tête tranchée de Goliath, brandie au premier plan par la main de David, dans un tableau dédié au pape pour implorer son pardon.



La palette et l'épée

Avec le concours de spécialistes du Caravage (Sybille Ebert-Schifferer", "Michel Hilaire, ainsi que Michel Laclotte, ancien directeur du département du Louvre, qui raconte comment il identifia un Caravage parmi ses collections), Jean-Michel Meurice signe une évocation inspirée de la vie et de l'œuvre du peintre. Filmant les ruelles et les paysages que le Caravage a contemplés jadis, il emprunte aussi quelques planches à la BD que Milo Manara a consacrée à ce dernier (le tome 1, "La palette et l'épée", est paru l'an dernier chez Glénat). Si le film dissipe quelques mystères, dont celui de la mort du peintre, il met aussi savamment en scène les ombres qui entourent sa personnalité et son destin.


Générique

Pays :

France

Année :

2015