Claude Lanzmann - Porte-parole de la Shoah

3 min.
Disponible du 30/01/2018 au 06/02/2018
Prochaine diffusion : mercredi 31 janvier à 01h00

Le cinéaste Claude Lanzmann raconte la genèse de "Shoah", oeuvre monumentale sur l’extermination des juifs d’Europe. Il retrace les jalons de cette entreprise éreintante et essentielle qui a happé douze ans de sa vie. Il évoque aussi sa jeunesse résistante, son histoire d’amour avec Simone de Beauvoir, son affection pour Sartre, son rapport à la mort.

Œuvre de commande, à l’origine, du ministère des Affaires étrangères israélien, "Shoah" a happé douze ans de la vie de son auteur. Dans un entretien au long cours, Claude Lanzmann retrace les jalons de cette entreprise éreintante et essentielle, menée dans une alliance "d’urgence totale et d'extrême patience". Pour révéler l’ampleur et les rouages du "crime parfait" commis par les nazis, qui se sont appliqués à détruire les preuves, le cinéaste a arpenté quatorze pays, pistant les témoins les plus proches de la catastrophe, seuls à même de raconter la mort dans les chambres à gaz : rescapés des Sonderkommandos, habitants des villages limitrophes des camps d’extermination et bourreaux. Claude Lanzmann explique ainsi comment il a remué ciel et terre pour retrouver, dans un salon de coiffure du Bronx, Abraham Bomba, qui coupait les cheveux des femmes à Treblinka, et comment, en filmant la course de ses ciseaux et en réclamant toujours plus de détails, il a réveillé la mémoire de ce témoin exceptionnel. Il évoque par ailleurs – non sans résistance – la dangereuse traque des criminels nazis, qu’il a fallu payer, berner et flatter pour qu’ils acceptent de parler, filmés à leur insu à l’aide d’une paluche. Mais aussi le casse-tête du montage, qui s’est étalé sur cinq années traversées de découragements, les mensonges incessants aux producteurs pressés, et la fierté sans joie ressentie au terme de cette aventure radicale.



Bribes de vie

Présentant des rushs inédits de "Shoah", ce documentaire éclaire la création du chef-d’œuvre et son influence à la fois historique et cinématographique, saluée notamment par Marcel Ophüls. L’occasion également d’effleurer certains aspects de la vie de son auteur : sa jeunesse résistante, son histoire d’amour avec Simone de Beauvoir, son affection pour Sartre, son rapport à la mort et sa vision de l’avenir.


Générique

Réalisation :

Adam Benzine

Pays :

Royaume-Uni

Année :

2015