Main basse sur l’art
La méthode nazie

2 min.
Disponible du 31/01/2018 au 07/02/2018
Prochaine diffusion : mercredi 31 janvier à 22h25
Version françaiseVersion originale

Soixante-dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les découvertes relatives aux oeuvres d’art volées par les nazis réservent encore bien des surprises. Ce documentaire donne notamment la parole à Harry Ettlinger, le dernier des "Monuments Men" mis en avant par le film éponyme de et avec George Clooney.

En mars 2013, dans la cave de la société de ventes aux enchères Neumeister de Munich, une employée découvre dans un placard oublié quarante-quatre catalogues originaux répertoriant des transactions effectuées entre 1936 et 1944, dont 33 000 spécifiant la provenance de l’objet vendu et le nom de son acheteur. Parmi eux, Hermann Göring et Martin Bormann. Le commissaire-priseur de l’époque avait fait une carrière fulgurante en récupérant à bas prix les sociétés de ses concurrents juifs, voire une partie de leurs collections, par le biais du processus d’aryanisation, ou par des vols purs et simples. Considéré après la guerre comme simple "collaborateur", il avait pu néanmoins rouvrir sa société. L’actuelle propriétaire, Katrin Stoll, abasourdie par ce "cadavre dans le placard" de la maison, décide de faire toute la lumière. Elle publie alors les informations glanées dans les catalogues sur le site Lost Art, qui permet à des personnes spoliées de rechercher les biens dérobés à leurs familles, comme la petite-fille de l’ancien marchand d’art Siegfried Lämmle, qui avait émigré aux États-Unis. Ce documentaire donne aussi la parole à Harry Ettlinger, le dernier des "Monuments men", cette unité spéciale chargée par les Alliés de sauvegarder le patrimoine artistique européen, à laquelle George Clooney a rendu hommage en 2014 dans son film éponyme.


Générique

Réalisation :

Oliver Halmburger
Thomas Staehler

Pays :

Allemagne

Année :

2014