De l'art et du cochon
Pieter Bruegel et les noces paysannes

26 min.
Disponible du 25/02/2018 au 04/03/2018
Disponible en direct : Oui
Sous-titrage malentendant

En 1568, Pieter Bruegel l’Ancien immortalise cette noce, représentative d’une époque et d’une société. L’artiste se glisse parmi les convives pour mieux la dépeindre, et se cache dans la toile, comme un clin d’oeil à la postérité. Exposée au Kunsthistorisches Museum de Vienne, cette scène a inspiré le chef Jean-Baptiste Thomaes, nouvelle étoile montante de la cuisine belge.

C’est en 1568 que Pieter Bruegel l’Ancien immortalise ces noces, représentative d’une époque et d’une société. L’artiste se serait glissé parmi les convives pour mieux la dépeindre, mais aussi caché dans la toile, comme un clin d’œil à la postérité. Exposée au Kunsthistorisches Museum de Vienne en Autriche, cette scène a inspiré le chef Jean-Baptiste Thomaes, nouvelle double étoile montante de la cuisine belge. Autour de lui, l’historienne Elisabeth Latrémolière éclaire une époque que le chef revisite avec un plat belge typique, le waterzooï (littéralement, "eau bouillie"). Plongé dans l’eau bouillante avec la volaille, le chicon, l’autre nom de l’endive, dévoile un autre intérêt : la liqueur qui en est extraite agrémente la pâtisserie préparée par le frère du chef. Un repas festif comme un banquet de mariage, mais plus savoureux que les bouillies sommaires de l’époque chez les paysans.


Générique

Réalisation :

Chantal Allès

Pays :

France

Année :

2013

Bonus et extrait

Les noces paysannes de Bruegel - De l'art et du cochon

3 min